DiIma Roussef accuse "les élites conservatrices et autoritaires"

Publié le par Mahi Ahmed

DiIma Roussef accuse "les élites conservatrices et autoritaires"

Discours de Dilma Roussef au Sénat fédéral, 29 août 2016

Dans l’exercice de la Présidence de la République j’ai respecté fidèlement le compromis que j’avais assumé devant la nation et devant ceux qui m’ont élue. Et j’en suis fière. J’ai toujours cru à la démocratie et à l’état de droit, et j’ai toujours vu dans la Constitution de 1988 l’une des grandes conquêtes de notre peuple.

Jamais je n’attenterais contre ce à quoi je crois ou ne pratiquerais des actes contraires aux intérêts de ceux qui m’ont élu.

Pendant le parcours pour me défendre de l’impeachment je me suis approchée davantage du peuple, j’ai eu l’occasion de voir sa reconnaissance, de recevoir son affection. J’ai aussi entendu de dures critiques à mon gouvernement, aux erreurs qui ont été commises et aux mesures politiques qui n’ont pas été adoptées. J’écoute ces critiques avec humilité.

Même parce que, comme tous, j’ai des défauts et commets des erreurs.

Mais, parmi mes défauts, ne figurent pas la déloyauté, ni la lâcheté. Je ne trahi pas les compromis que j’assume, les principes que je défends ou ceux qui combattent à mes côtés. Dans la lutte contre la dictature, j’ai reçu dans mon corps les marques de la torture. J’ai senti pendant des années le goût amer de la prison. J’y ai vu mes collègues être violés, et même assassinés.

À l’époque j’étais très jeune. J’avais beaucoup à espérer de la vie. J’avais peur de la mort, des séquelles de la torture sur mon corps et dans mon âme. Mais je n’ai pas cédé. J’ai résisté. J’ai résisté à la tempête de terreur qui commençait à m’engloutir, dans les ténèbres des temps amers où vivait le pays. Je n’ai pas changé de côté. Même en recevant le poids de l’injustice dans mon dos, j’ai continué à lutter pour la démocratie.

J’ai consacré toutes ces années de ma vie au combat pour une société sans haine et sans intolérance. J’ai lutté pour une société libre de préjugés et de discriminations. J’ai lutté pour une société où il n’y aurait plus de misères ou des exclus. J’ai lutté pour un Brésil souverain, mais égal et où règnerait la justice. Et j’en suis fière. Ceux qui croient luttent toujours.

A la veille d’avoir mes soixante-dix ans, ce ne serait pas maintenant, après avoir été mère et grand-mère, que j’abdiquerais des principes qui m’ont toujours guidée.

Dans l’exercice de la présidence de la République j’ai honoré le compromis avec mon pays, avec la démocratie, avec l’état de Droit. J’ai été intransigeante dans la défense de l’honnêteté dans la gestion des affaires publiques.

Pour cette raison, face aux accusations adressées contre moi dans ce procès, je ne peux pas manquer de sentir à nouveau, dans la bouche, le goût âpre et amer de l’injustice et de l’arbitraire.

Et pour cela, comme dans le passé, je résiste.

N’espérez pas de moi le silence obséquieux des lâches.

Dans le passé, avec les armes, et aujourd’hui avec la rhétorique juridique, on prétend à nouveau attenter contre la démocratie et contre l’état de Droit.

Si quelques uns déchirent leur passé et font commerce des bénéfices du présent, qu’ils répondent devant leur conscience et devant l’histoire des actes qu’ils pratiquent. A moi, il incombe de regretter ce qu’ils ont été et ce qu’ils sont devenus.

Et résister. Résister toujours. Résister pour éveiller des consciences encore endormies pour, qu’ensembles, défendons le terrain de ceux qui sont du bon côté de l’histoire, quoique le sol tremble et menace encore une fois de nous engloutir.

Je ne lutte pas pour mon mandat, par vanité ou par attachement au pouvoir, comme c’est le propre des gens qui n’ont pas de personnalité, ni principes ou utopies à conquérir. Je lutte pour la démocratie, pour la vérité et pour la justice. Je lutte pour le peuple de mon pays, pour son bien-être.

Beaucoup me demandent d’où vient ma force pour suivre en avant. Elle vient de ce à quoi je crois. Je peux regarder derrière moi et voir tout ce qu’on a fait. Regarder devant et voir tout ce que nous devons et pouvons encore faire. Et le plus important , c’est que je peux me regarder moi-même et voir la face de quelqu’un qui, quoique marquée par le temps, a des forces pour défendre ses idées et ses droits.

Je sais que bientôt, encore une fois dans ma vie, je serai jugée. Et c’est avec ma conscience absolument tranquille par rapport à ce que j’ai fait dans l’exercice de la présidence de la République que je viens ici en personne devant la présence de ceux qui me jugeront.

Je viens regarder directement dans vos yeux et dire, avec la sérénité de ceux qui n’ont rien à cacher, que je n’ai commis aucun crime de responsabilité. Je n’ai pas commis les crimes desquels on m’accuse injustement et arbitrairement.

Aujourd’hui, le Brésil, le monde et l’histoire nous observent et attendent le dénouement de ce procès d’impeachment.

Dans le passé de l’Amérique Latine et du Brésil, dès que les intérêts des secteurs de l’élite économique et politique étaient contrariés par les urnes, sans raisons juridiques pour une destitution légitime, on voyait se tisser des conspirations qui résultaient en coups d’état.

Le président Getúlio Vargas, qui nous a légué la CLT (les lois du travail) et la défense du patrimoine national, a subi une implacable persécution ; l’horrible conspiration orchestrée par la dite « République du Galeão », qui l’a mené au suicide.

Le président Juscelino Kubitscheck, qui a construit cette ville, a été victime de constantes tentatives échouées de coup d’état, comme dans l’épisode d’Aragarças.

Le président João Goulart, défenseur de la démocratie, des droits des travailleurs et des Réformes de Base, a vaincu le coup des parlementairistes, mais il a été destitué et a vu s’installer la dictature militaire en 1964.

Pendant 20 ans on a vécu le silence imposé par l’arbitraire ; la démocratie a été balayée de notre Pays. Des millions de brésiliens ont lutté et reconquis le droit aux élections directes.

Aujourd’hui, une fois de plus, les intérêts de secteurs de l’élite économique et politique étant contrariés et atteints par les élections, nous nous voyons face au risque d’une rupture démocratique. Les modèles politiques dominants dans le monde rejètent la violence explicite. À présent, la rupture démocratique se fait au moyen de la violence morale et de prétextes constitutionnels pour prêter l’apparence de legitimité au gouvernement qui s’installe sans l’appui des urnes. On évoque la constitution pour que le monde des apparences cache de manière hypocrite le faits.

Les preuves produites montrent de manière claire et incontestable que les accusations qui me sont adressées, ce sont de simples pretextes, ayant pour base une faible réthorique juridique. Les derniers jours, de nouveaux faits ont mis en évidence un autre aspect de la trame qui caractérise ce procès d’impeachment,

L’auteur de la représentation auprès du Tribunal des Comptes de l’Union qui a motivé les accusations discutées dans ce procès, a été reconnu suspect par le président de la Cour Suprême. On a su encore, par le témoignage de l’audit responsable de l’avis technique, qu’il avait participé à l’élaboration de la représentation même qu’il a auditée. Là, il devient clair le vice de partialité dans la construction des thèses par eux soutenues.

Ce sont des pretextes, rien que des prétextes, pour renverser, au moyen d’un procès d’impeachment sans crime de responsabilité, un gouvernement légitime, choisi dans une élection directe avec la participation de 110 millions de brésiliens et brésiliennes. Le gouvernement d’une femme qui a osé vaincre deux élections présidentielles consécutives.

Ce sont des prétextes afin de viabiliser un coup à la Constitution. Un coup qui, s’il s’accompli, devrait résulter dans l’élection indirecte d’un gouvernement usurpateur. L’élection indirecte d’un gouvernement qui, déjà dans son interim, n’a pas de femmes à la tête d’aucun ministère, quand le peuple, dans les urnes, a choisi une femme pour commander le pays. Un gouvernement qui ne compte pas sur des noirs dans sa composition et qui a déjà révélé un profond mépris pour le programme élu par le peuple en 2014.

J’ai été élue présidente par 54,5 millions de votes, afin d’accomplir un programme dont la synthèse est exprimé par les mots « aucun droit de moins ».

Ce qui est en jeu dans le procès d’impeachement, ce n’est pas simplement mon mandat. Ce qui est en jeu, c’est le respect des élections, de la volonté souveraine du peuple brésilien et de la Constitution.

Ce qui est en jeu ce sont les conquêtes des treize dernières années : les gains de la population, des plus pauvres et de la classe moyenne ; la protection aux enfants ; les jeunes admis dans les universités et dans les écoles techniques ; la valorisation du salaire minimum ; les médecins pour la population, la possibilité d’acheter sa propre maison.

Ce qui est en jeu, c’est l’investissement sur les travaux qui rendent possible de vivre avec la sécheresse du nord-est du pays, c’est la conclusion rêvée du tant attendu projet d’intégration du fleuve São Francisco. Ce qui est en jeu, c’est aussi la grande découverte du pré-sel qu’on a fait au Brésil. Ce qui est en jeu, c’est l’insertion souveraine de notre pays sur la scène internationale, signalée par l’éthique et par la recherche d’intérêts communs.

Ce qui est en jeu c’est la fierté des brésiliens et brésiliennes qui ont résisté aux attaques des pessimismes de toujours à la capacité qu’a le Brésil de réaliser, avec succès, des événements comme la Coupe du Monde, les Jeux Olympiques et les jeux Paraolympiques.

Ce qui est en jeu, c’est la conquête de la stabilité, qui cherche à arriver à l’équilibre fiscal sans laisser de côté les programmes sociales pour la population.

Ce qui est en jeu, c’est l’avenir du Pays, l’opportunité et l’espoir d’avancer de plus en plus.

Madames et messieurs les sénateurs,

Dans le présidentialisme prévu dans notre Constitution, il ne suffit pas l’éventuelle perte de la majorité parlementaire pour desituer un président. Il faut voir se configurer un crime de responsabilité. Et c’est clair qu’il n’y a pas eu un tel crime.

Ce n’est pas légitime, comme prétendent mes accusateurs, d’écarter le chef d’État et de gouvernement pour « l’ensemble de son oeuvre ». Celui qui destitue le président par « l’ensemble de son oeuvre » est le peuple, et seulement le peuple, au moyen des élections. Et aux dernières élections, le programme de gouvernement vaincqueur n’a pas été celui qui maintenant est en train d’être ébauché et essayé par le gouvernement provisoire et soutenu par mes accusateurs.

Ce que prétend le gouvernement intérimaire, s’il devient effectif, c’est un vrai attaque aux conquêtes des dernières années.

Désindexer du salaire minimum la base des retraites et des pensions, ce sera la destruction du plus grand instrument de distribution des richesses du pays, qui est la Prévidência Social (système de sécurité). Il en résultera plus de pauvreté, plus de mortalité d’enfants et la décadence des petites municipalités.

La révision des garanties et des droits sociaux prévus dans la loi du travail (CLT), et l’interdiction d’utilisation du fond de sécurité proportionnel au temps travaillé en cas de chômage ce sont des menaces qui planent sur la population brésilienne si cet impeachment sans crime de responsabilité prospère.

Des conquêtes importantes pour les femmes, les noirs et les populations LGBT seront compromises par la soumission à des principes ultra conservatifs.

Notre patrimoine sera en mis question avec les ressources du pré-sel, les richesses naturelles et nos minérais étant privatisés.

La menace la plus effrayante de ce procès d’impeachment sans crime de responsabilité est celle de figer pendant l’incroyable délai de vingt ans tous les budgets pour la santé, l’éducation, l’assanissement, l’habitation. C’est empêcher pour vingt ans l’accès des enfants et jeunes à l’école ; aux bons services de santé ; et empêcher que les familles puissen rêver d’acheter leur maison.

Monsieur le président, Ricardo Lewandowski, Madames et Messieurs les sénateurs,

La vérité, c’est que le résultat des élections de 2014 a été un coup défavorable pour les secteurs de l’élite conservatrice brésilienne .

Dès le lendemain de la proclamation des résultats électoraux, les partis qui appuiaient le candidat vaincu ont tout fait pour empêcher que je commence mon gouvernement, ainsi que pour empêcher sa stabilité. Ils ont dit que les élection avaient été fraudées, ont demandé l’audit des urnes, ont contesté mes comptes de la campagne électorale, et depuis mon premier jour au pouvoir ont cherché de manière démesurée n’importe quel fait pouvant justifier réthoriquement un procès d’impeachment.

Comme il est inhérent aux élites conservatrices et autoritaires, ils ne voyaient pas dans la volonté du peuple l’élément légitimateur d’un gouvernement. Ils voulaient le pouvoir à tout prix.

Ils ont tout fair pour destabiliser mon gouvernement et moi-même.

Il n’est possible de comprendre la gravité de la crise à laquelle le Brésil fait face depuis 2015 que prenant en compte l'instabilité politique aigue qui, depuis ma réélection a caractérisé l’environnement où se font l’investissement et la production de biens et services.

On n’a pas cherché à discuter et approuver une meilleure proposition pour le Pays. Ce qui a été prétendu en permanence c’était l’affirmation de que « pire ce sera, mieux sera », dans la recherche obsessionnelle d’user le gouvernement, peu important les résultats négatifs de cette discutable action politique pour toute la population.

La possibilité d’un impeachment est devenue le thème central de la programmation politique et journalistique seulement deux mois après ma réélection, malgré l’évidente illégitimité des raisons pour justifier ce mouvement radical.

Dans cet environnement de troubles et incertitudes, le risque politique permanent provoqué par l’activisme d’une parcelle considérable de l’opposition a fini par être un élément central pour la retraction de l’investissement et pour l’approfondissement de la crise économique.

Il faut relever aussi que la recherche de l’équilibre fiscal, depuis 2015, s’est heurté à une grande résistance de la Chambre des Députés, à l’époque présidé par le député Eduardo Cunha. Les projets adressés par le gouvernement ont été rejetés partiellement ou intégralement. Des dits « projets bombes » ont été présentés par des députés et certains ont été approuvés.

Les commissions permanentes de la Chambre, em 2016 n’ont fonctionné qu’à partir du dernier 5 mai, c’est à dire, une semaine avant l’acceptation du procès d’impeachment par la commission du Sénat national. Vous savez bien que le fonctionnement de ces commissions, c’était, et c’est absolument indispensable pour l’approbation de matières qui interviennent sur le scénario fiscal et pour démarrer une issue pour la crise.

On a créé ainsi l’ambiance, tant souhaitée, d’instabilité politique, propice à l’ouverture du procès de l’impeachment sans crime de responsabilité.

Sans ces actions, aujourd’hui, le Brésil serait certainement dans une autre situation politique, économique et fiscale.

Plusieurs ont articulé et voté contre des propositions qu’ils ont soutenus pendant toute leur vie, sans penser aux conséquences que leurs gestes auraient eu pour le pays et pour le peuple brésilien. Ils voulaient profiter la crise économique, car ils savaient que dès que mon gouvernement arriverait à la surmonter, leurs aspirations d’accès au pouvoir devrait rester ensevelie pour une longue période encore.

Mais, pour dire la vérité, les forces de l’opposition n’ont réussi à mener en avant son action qu’au moment où une autre puissante force politique est venu les joindre : la force politique de ceux qui voulaient éviter les dommages pour des secteurs de la classe politique brésilienne, motivés par les investigations sur la corruption et les déviations des fonds publics.

C’est notoire que pendant mon gouvernement et celui de l’ex-président Lula toutes les conditions ont été données pour que les enquêtes soient réalisées. Nous avons proposé d’importantes lois qui ont muni les organismes compétents de toutes les conditions d’investiguer et de punir les coupables.

J’ai assuré l’autonomie du Ministère Public en investissant comme Procureur général de la République le premier nom de la liste indiquée par les membres de l’intitution, eux-mêmes. Je n’ai permis aucune interférence politique dans l’action de la Police Fédérale (Min. de l’Intérieur).

Avec ces attitudes j’ai contrarié beaucoup d’intérêts. Pour autant, j’ai payé et paie un prix personnel élévé.

On a architecté ma destitution indépendament de l’existence d’aucun fait qui puisse la justifier face à notre Constitution.

Et ils ont trouvé dans la personne de l’ex-président de la Chambre des Deputés, Eduardo Cunha, le sommet de leur alliance pour le coup.

Ils ont articulé et viabilisé la perte de la majorité parlementaire du gouvernement. Des situations ont été créées, avec l’appui grand ouvert des secteurs des médias, afin de construire le climat politique nécessaire à la desconstitution du résultat électoral de 2014.

Tout le monde sait que ce procès d’impeachment a été ouvert par un « chantage explicite » de l’ex-président de la Chambre, Eduardo Cunha, comme l’a reconnu dans ses déclarations à la presse l’un des dénonciateurs. Il exigeait que j’interfère pour que des députés de mon parti ne votent pas pour l’ouverture du procès de sa destitution.

Je n’ai jamais accepté dans ma vie aucun genre de menace ou de chantage. Si je ne l’avais pas fait avant, je ne le ferais pas non plus dans la condition de présidente de la République. C’est vrai néanmoins que de ne pas m’être soumise à ce chantage a motivé la dénonciation pour crime de responsabilité et l’ouverture de ce procès sous les applaudissements des vaincus de 2014 et de ceux qui craignent les investigations.

Si j’avais été complice de l’improbité avec ce qu’il y a de pire dans la politique brésilienne, comme beaucoup jusqu’à nos jours n’ont pas la moiondre pudeur de le faire, je ne risquerais pas d’être condamnée injustement.

Ceux qui se font complices du côté de l’imoral et de l’illicite, n’ont pas la respectabilité pour gouverner le Brésil. Ceux qui agissent pour épargner quelqu’un ou remettre le jour du jugement d’une personne accusée d’enrichir aux dépens de l’état brésilien et du peuple qui paie ses impôts, tôt ou tard, devra payer devant la société et devant l’histoire le prix de son désengagement avec l’éthique.

Tout le monde sait que je n’ai pas enrichie dans l’exercice de mes fonctions publiques, que je n’ai pas dévié des fonds publics à mon profit, ni à celui de mes familiers ; que je ne possède pas de comptes bancaires ou des bien immeubles à l’étranger. J’ai toujours agi en parfaite probité dans les postes publics que j’ai occupé le long de ma vie.

Curieusement, je serai jugée, pour des crimes que je n’ai pas commis, avant même le jugement de l’ex-président de la Chambre, accusé d’avoir pratiqué de actes illicites très graves et qui a coordonné les architectures et les ruses qui ont fait avancer les actions vouées à ma destitution.

Ironie de l’histoire ? Non, aucunement. Il s’agit d’une action délibérée, qui compte sur le silence complice de secteurs des grands médias brésiliens.

On attaque la démocratie et on punit une innocente. C’est la toile de fond qui marque le jugement qui sera réalisé par la volonté de ceux qui lancent contre moi des prétextes accustoires sans fondements.

Nous sommes à un pas de la consommation d’une grave rupture institutionnelle. Nous sommes à un pas de la concrétisation d’un vrai coup d’État.

(...)

Ce procès d’impeachement n’est pas légitime. Je n’ai en rien attenté, en absolument rien, contre aucun des dispositifs de la Constitution à laquelle, en tant que Présidente de la République j’ai prêté le serment d’accomplir. Je n’ai pas pratiqué d’acte illicite.

C’est prouvé que je n’ai commis aucune fraude. Les actes pratiqués étaient entièrement voués aux intérêts de la société. Les actes référés n’ont apporté aucune lésion au trésor ou au patrimoine public.

Je raffirme, comme l’a fait ma défense pendant tout le temps, que ce procès est marqué, du début à la fin, par une flagrante déviation du pouvoir.

C’est ce qui explique l’absolue fragilité des accusation qui me sont dirigées.

On aurait affirmé que ce procès d’impeachment serait légitime parce que les rites et les termes auraient été respectés. Cependant, pour que la justice soit faite et la démocratie s’impose, la forme seule ne suffit pas. Il faut que le contenu d’une sentence aussi soit juste. Et dans ce cas, il n’y aura jamais de justice dans ma condamnation.

J’ose dire qu’en plusieurs moments ce procès s’est écarté, de manière flagrante, de ce que la Constitution et les juristes appellent « le dû procès légal ».

Il n’y a pas de respect au dû procés légal quand l’opinion condamnatoire de grande partie de ceux qui vont juger est divulguée et enregistrée par les média, avant la fin du droit de défense.

Il n’y a pas de respect au dû procès légal quand ceux qui jugent affirment que la condamnation n’est qu’une question de temps, parce que de toutes façons ils voteront contre moi.

Dans ce cas, le droit de défense ne sera exercé que formellement, mais il ne sera pas apprécié substantivement en ses arguments et ses preuves. La forme n’existe que pour fournir une apparence de légitimité à ce qui est illégitime dans son essence.

Mesdames et messieurs les sénateurs,

Pendant ces mois-ci, on m’a demandé d’innombrables fois pourquoi je ne démissionais pas, pour raccourcir ce chapitre si difficile de ma vie.

Jamais je ne le ferais parce que j’ai le compromis inamovible avec l’état démocratique de droit.

Jamais je ne le ferais parce que je ne rénonce pas à la lutte.

Je vous avoue, cependant, que la trahison, les agressions verbales et la violence du préjugé m’ont hanté et, dans certains moments, m’ont même blessée. Mais ils ont été toujours surmontés, et beaucoup, par la solidarité, par l’appui et par la disposition à la lutte de millions de brésiliens et brésiliennes dans tout le Pays. Au moyen des manifestations dans les rues, des séminaires, des livres, des concerts, des mobilisations par l’Internet, notre peuple a été prodigue en créativité et disposition pour lutter contre le putsh.

Les femmes brésiliennes ont été, pendant cette période, un appui fondamentale pour ma résistance. Elles m’ont couverte de fleurs et m’ont protégée avec leur solidarité. Partenaires infatigables d’une bataille où la mysoginie et le préjugé ont montré leurs griffes, les brésiliennes ont exprimé, dans ce combat pour la démocratie et pour les droits, leur force et leur résilience. Braves femmes brésiliennes que j’ai l’honneur et le devoir de représenter comme la première femme Présidente du Brésil.

(...)

Pour deux fois j’ai vu de près la face de la mort : quand j’ai été torturée pendant des jours de suite, soumises à des sévices qui nous font douter de l’humanité et du sens de la vie ; et quand une maladie très grave et extrêmement douloureuse aurait pu abréger mon existence.

Aujourd’hui ne ne crains que la mort de la démocratie, pour laquelle plusieurs de nous ici dans cette salle pleinière, avons lutté avec nos meilleurs efforts.

Je réitère : je respecte ceux qui me jugent ici.

Je n’ai pas de rancoeur envers ceux qui voteront pour ma destitution

Je respecte et j’ai une spéciale estime pour ceux qui ont lutté bravement pour mon absolution, auxquels je serai infiniment reconnaissante.

En ce moment je voudrais m’adresser à tous les sénateurs qui, même appartenant à l’opposition à mon gouvernement, sont encore en doute.

Rappelez-vous que dans le régime présidentialiste et sous la houlette de notre Constitution, une condamnation politique exige de manière obligatoire l’occurrence d’un crime de responsabilité, commis avec des dommages et définitivement prouvé.

Rappelez-vous du terrible précédent que cette décision peut ouvrir à d’autres présidents, gouverneurs et maires : condamner sans preuves substantives. Condamner un innocent.

Je fais un appel final à tous les sénateurs : n’acceptez pas un coup qui, au lieu de solutionner, aggravera la crise brésilienne.

Je vous demande de faire justice à une présidente honnête, qui n’a jamais commis d’acte illégal et dans sa vie privé et dans les fonctions publiques qu’elle a exercés. Votez sans ressentiment. Ce que chaque sénateur ressent envers moi ou ce que nous ressentons les uns envers les autres, importe moins, en ce moment, que ce que nous ressentons envers le Pays et envers le peuple brésilien.

Je vous demande : votez contre l’impeachment. Votez pour la démocratie.

Merci beaucoup”.

Source : http://www.pt.org.br/blog-secretarias/discours-dilma-rousseff-au-senat-federal-frances/

Commenter cet article