Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Crisis and socialist perspectives vidéo

Publié le par Mahi Ahmed

Connectez-vous pour donner votre avis.

David Harvey: Crisis and socialist perspectives

 

http://www.youtube.com/rosaluxstiftung#p/u/2/nilBqAa1aPs

 

Publié dans Vidéos et photos

Partager cet article

Repost 0

Les transnationales à l'assault des réserves pétrolières en Irak

Publié le par Mahi Ahmed

Le pétrole ne fait pas le bonheur

Les transnationales à l'assault des réserves pétrolières en Irak

 

par Andrew North

   
 
 
 

 

La population est peu satisfaite des retombées liées à l’implantation d’entreprises étrangères. Les habitants d’Al-Mazzagh, au sud de Bagdad, sont les premiers à en témoigner.




© AFP. Un officier de police irakien patrouille sur un champ pétrolifère, Zubair, février 2009

C’est la première compagnie pétrolièreétrangèreà conclure un accord de production avec l’Etat irakien depuis 2003 [chute du régime de Saddam Hussein]. Ironie du sort, elle est originaire d’un pays qui fait de plus en plus figure de grand rival des Etats-Unis : la Chine. Un an après avoir signé un contrat de 3 milliards de dollars [2 milliards d’euros] pour l’exploitation pendant vingt-trois ans du petit gisement d’Al-Ahdab, dans la province de Wasit, au sud de Bagdad, la China National Petroleum Corporation (CNPC) a déjà trouvé du pétrole. Mais, à Al-Mazzagh, le village voisin, la grogne gagne les habitants. Ils se plaignent d’avoir été oubliés.

L’accord avec les Chinois montre que l’Irak est prêt à accueillir des groupes pétroliers étrangers. BP, Shell et de nombreux autres géants occidentaux se bousculent pour accéder à ce que le ministre du Pétrole, Hussein Sharistani, appelle la “dernière frontière” pour les grandes découvertes d’or noir. Avec un budget presque entièrement tributaire des revenus pétroliers, le gouvernement irakien s’efforce d’accroître la production, qui est à peine revenue au niveau d’avant 2003. Aussi s’est-il tourné vers les entreprises étrangères, lesquelles sont décidées à saisir une chance qui ne s’était pas présentée depuis des dizaines d’années. Les réserves de l’Irak figurent au troisième rang dans le monde et comprennent de nombreux gisements encore inexploités. Et, comme beaucoup de compagnies étrangères sont habituées à travailler dans des régions difficiles, la situation toujours délicate sur le plan sécuritaire ne sera pas de nature à les décourager.

Les autorités régionales du Kurdistan irakien ont signé quelques accords séparés avec des pétroliers étrangers. Mais le gouvernement ­central de Bagdad a jusqu’ici refusé de les reconnaître, et menace d’interdire aux compagnies signataires de participer aux appels d’offres pour d’autres contrats. Toutefois, la plus grosse difficulté viendrait des Irakiens vivant dans les zones productrices, comme les Chinois s’en sont aperçus à leurs dépens. Leurs opérations de forage sur le champ d’Ahdab se trouvent juste à côté du village d’Al-Mazzagh. Abou Abed, un habitant du village, voit se dresser juste en face de sa porte les murs antidéflagration et les miradors en béton qui protègent l’une des plates-formes de forage chinoises. “Ils m’ont promis de m’indemniser, explique-t-il. Mais je n’ai toujours rien reçu.” L’arrivée des pétroliers avait également fait espérer la création de nombreux emplois. “On croyait que tout le monde trouverait du travail”, se souvient Zahi. Jusqu’à présent, la CNPC n’a engagé que quelques vigiles. Elle assure ne pas pouvoir faire plus pour les gens du coin. “Nous sommes désolés, mais ils ne possèdent pas les compétences nécessaires et ne parlent pas anglais”, justifie un cadre de la CNPC.

Même si, au village, certains continuent à dire que les Chinois sont les bienvenus, le climat s’est détérioré. Des actes de sabotage ont été signalés. Par exemple, des lignes électriques desservant les installations de forage ont été coupées. Le gouvernement irakien a renforcé la surveillance du complexe, et des hélicoptères d’une base américaine des environs survolent parfois le site. Une fois que la production aura démarré pour de bon, le projet sera appelé à se développer. Zahi met en garde contre des ennuis possibles si son village n’en tire pas alors quelques avantages tangibles. “Les gens qui n’ont pas de boulot risquent de se mettre à piller.”

Si le ministre du Pétrole exhorte les habitants à la patience, il prévient qu’il faut tenir compte de leurs intérêts. “Nous demandons aux compagnies pétrolières de construire les routes, les ponts et les autres infrastructures prévues par les contrats signés avec l’Etat, de façon que la population locale ait l’impression qu’elles sont là pour développer la région et pas seulement pour extraire le pétrole et l’emporter ailleurs.” Une nouvelle ruée vers l’or noir se prépare peut-être en Irak. Mais la production va représenter la partie la plus facile de la tâche qui attend les Chinois et les nombreux groupes étrangers qui rêvent de s’y implanter. Pour le moment, une seule route goudronnée mène aux maisons d’Al-Mazzagh. Rares sont les villageois à avoir un emploi stable. L’électricité est pratiquement absente et les logements n’ont pas l’eau courante. “La vie n’a pas changé depuis le départ de Saddam Hussein”, rappelle un homme.


 Articles de Andrew North publiés par Mondialisation.ca

 

Partager cet article

Repost 0

وتعليمات لطالبات الإخوان بارتداء النقاب داخل الجامعات

Publié le par Mahi Ahmed

وتعليمات لطالبات الإخوان بارتداء النقاب داخل الجامعات

كتب عمرو عبدالراضي:

ذكر مصدر مطلع لـ «الأهالي» أن عناصر بارزة داخل مكتب الإرشاد والكتلة البرلمانية لنواب جماعة الإخوان المسلمين قرروا خوض معركة طويلة الأمد ضد قرارات شيخ الأزهر د. محمد سيد طنطاوي ووزير التعليم العالي هاني هلال بمنع ارتداء النقاب داخل الجامعات، وأكد المصدر الذي رفض ذكر اسمه صدور تعليمات من عناصر الجماعة للطالبات الإخوانيات بتحدي هذه القرارات وارتداء النقاب داخل الجامعات خصوصا في كليات الصيدلة والعلوم ودار العلوم، وقال المصدر وثيق الصلة إن هناك رفضا غير مسبوق داخل الجماعة لتصريحات الشيخ يوسف القرضاوي ضد النقاب إلي حد جعل بعض العناصر الشابة داخل الجماعة تطالب بالتبرؤ من انتماء القرضاوي لجماعة الإخوان المسلمين، وأضافت المصادر أن هذه التعليمات اقتصرت بشكل كبير علي الطالبات اللاتي يدرسن في الكليات كثيفة التواجد الإخواني. وجدير بالذكر أن جريدة «الأهالي» كانت قد حذرت أكثر من مرة من استمرار وقوع حوادث يقف وراءها منتقبات أو رجال ملثمون كانت آخرها الاعتداءات الإرهابية التي وقعت في حي الحسين.

Source : El Ahaly 21.10.09

 

Partager cet article

Repost 0

التبرير السهل بالديـــن

Publié le par Mahi Ahmed

                                                                    

فريدة النقاش

التبرير السهل بالديـــن

شأنه شأن رجال الدين الذين احترفوا تكفير المخالفين في الرأي لجأ الرئيس اليمني «علي عبدالله صالح» إلي توجيه الاتهام لخصومه السياسيين في جنوب اليمن بالارتداد عن الإسلام، وذلك هربا من إجراء حوار جدي حول المشكلات التي تواجه البلاد، والتي فجرت الاحتجاجات في الجنوب بعد أن تحولت الوحدة الطوعية بين الشطرين في عام 1990 عمليا إلي شكل من أشكال إلحاق الجنوب بالشمال، والإطاحة بالطابع الديمقراطي والشعبي الذي تطلع إليه اليمنيون، وهم ممتلئون شوقا لوحدة حقيقية قائمة علي أساس من المساواة والاحترام المتبادل دون تذويب قسري وقمعي لخصوصيات كل من الشمال والجنوب علي السواء، ودون أن تتعلم السلطات درس إخفاق أول شكل للوحدة العربية في العصر الحديث، وهي الوحدة التي قامت بين مصر وسوريا عام 1958.

وقد أصبح الاستقواء بالدين من كل الأطراف إلا قليلا سواء من السلطة أو المعارضة آفة في العالمين العربي والإسلامي، ليدمر هذا الاستقواء الحصاد الهزيل لكفاح قرنين من الزمان من أجل بناء دولة حديثة تقوم أركانها علي الديمقراطية والمواطنة والقانون والنظام، وعلمانية ينفصل فيها الدين عن السياسة وتحكمها معايير الخطأ والصواب لا الكفر والإيمان، لأن دولة المواطنين لا تفرق بين مواطنيها بسبب الدين أو الجنس أو اللون - أو الطبقة افتراضا - فكلهم سواء أمام القانون لهم نفس الحقوق وعليهم نفس الواجبات.

وتراجعت في هذا السياق كل منجزات الدولة الحديثة من حرية الفكر والتعبير وحرية الاعتقاد إلي حرية المرأة فقد انهار وضعها ومكانتها رغم الكفاح الطويل ورغم اندفاع النساء إلي العمل والتعليم علي نطاق واسع.

وأصبح الاستخدام السهل للدين لتركيع الخصوم، أو ما سماه أحد الكتاب التهويش بعصا الدين، علامة ثقافية بارزة في بلداننا، إحياء لذلك التاريخ البغيض لكل الحروب الإسلامية الداخلية الكبري من الجمل إلي صفين، وكانت السيدة عائشة في هودجها ومسلمون يصوبون سهامهم إليها باسم الدين، ومسلمون آخرون يصدون عنها باسم الدين أيضا، واستخدم كل من الخوارج والشيعة والباطنية لغة التكفير والنبذ من الإسلام واتهموا خصومهم بالخروج عن الدين!.

وحدث ذلك كله في أزمنة سابقة تجاوزتها الحضارة وإحياء هذا التقليد هو عمل مقصود ومخطط تواكب مع انفجار ثروة النفط في بلدان الخليج والجزيرة العربية.

ولكي يحمي هؤلاء مواقع نفوذهم وسلطانهم من عشائر وقبائل وأسر - كانت قد اغتصبت الحكم غالبا - لجأوا إلي الاستقواء بالدين وإغراق المنطقة في أكثر أشكاله تقليدية وتزمتا وعداء للتقدم وللنساء ولأصحاب الديانات الأخري وللعصر، حتي أصبحت الجماهير نفسها تتعامل مع كل القضايا بعد إلباسها ثيابا دينية من موقع الحلال والحرام بصرف النظر عن المنطق والخطأ والصواب.

وبدا كأن هذه الجماهير قد سقطت في الفخ الذي شدتها إليه نظم استبدادية عائلية فاسدة، لتكون هذه النظم قادرة علي قيادة الشعوب وتضليلها وإخفاء الحقائق عنها باسم الدين، وإفقار ثقافتها وتشويه وعيها.

ويعرف الرئيس «علي عبدالله صالح» جيدا أن من يواجهونه في اليمن الجنوبي ليسوا كفرة ولا خارجين عن الإسلام، وهو حين يوجه لهم هذه الاتهامات إنما يعلن عن عجزه عن التعامل بصورة سياسية عقلانية وشفافة مع المآل المأساوي للوحدة التي تحولت إلي إلحاق، ولوعود العدالة والديمقراطية التي باتت سرابا.

لكن وعيا نقديا هو ابن التجربة المرة والثقافة التقدمية أخذ يبرز في بعض الأوساط الجماهيرية الأكثر استنارة، فقد انفض جمهور عراقي واسع عن الأحزاب الدينية في الانتخابات المحلية وتقول استطلاعات رأي جدية أن حماس سوف تخسر كثيرا في الانتخابات العامة القادمة في فلسطين، وأن قادتها يعرفون ذلك ولهذا يماطلون في إجراء المصالحة مع فتح والتوقيع علي الورقة المصرية التي جاءت حصادا للوساطة.

وقبل أكثر من قرن من الزمان قال المفكر والفقيه العربي «عبدالرحمن الكواكبي» الذي قتله الاستبداد والطغيان.

«دعونا ندير حياتنا الدينية، ونجعل الأديان تحكم في الآخرة فقط»، ولعل أصداء دعوته هذه أن تنبهنا للمأزق الذي وقعنا فيه.

Source : El Ahaly 21.10.09

 

Partager cet article

Repost 0

باحــــــث يطالب المعارضة بممارسة

Publié le par Mahi Ahmed

باحــــــث يطالب المعارضة بممارسة

ضغوط مجتمعية من أجل التغيير

كتبت نجوان إسماعيل:

نظم حزب الجبهة الديمقراطية ندوة عن مستقبل الحياة السياسية في مصر، ذلك ضمن سلسلة الندوات والحلقات الأسبوعية التي ينظمها الحزب، وقد حضر الندوة كل من الكاتبة سكينة فؤاد نائب أول رئيس الحزب ومارجريت عازر الأمين العام لحزب الجبهة والدكتور عمرو الحمزاوي خبير الشئون السياسية للشرق الأوسط الذي ناقش أسباب الغموض والغياب الاستراتيجي للحياة السياسية في مصر، والذي تعاني منه أيضا المعارضة والحركات السياسية الأمر الذي سوف يطرح أزمات حقيقية خاصة مع الفترة القادمة والتي سوف تشهد الانتخابات البرلمانية في 2010 والرئاسية في 2011.وفي كلمته أكد د. عمرو حمزاوي أن المشهد السياسي في مصر يتضمن وجهين هما: حياة سياسية رسمية شديدة الجمود والوجه الآخر آخر اجتماعي حيوي شديد التغير، فأصبحنا نري الاعتراضات والاحتجاجات بصورة تزيد يوما بعد يوم حتي أنها اصبحت ظاهرة شبه يومية لا علاقة لها بالقضايا الاقتصادية والاجتماعية، وأضاف د. حمزاوي أن هناك خطرا آخر وهو ما يسمي بـ «فقدان الشرعية الرسمية» للحياة السياسية الرسمية، والأمر لا يتعلق فقط بالحكم بل يمتد إلي المعارضة سواء الحزبية وجماعة الإخوان المسلمين وغيرها لأنها لا تقدم للمواطن ما ينتظره منها سواء في النواحي الاقتصادية والاجتماعية ولا حتي إرضاء الشعب، لذا فإن هناك خطرين في الفترة القادمة وهما خطر عنف وخطر فقدان كامل للشرعية.. كما أن الأحزاب السياسية سواء المعارضة أو الوطني وكذلك الحركات السياسية غير خارج نطاق الشرعية مثل الإخوان المسلمين وشباب 6 أبريل كلها مأزومة بصياغات مختلفة بالإضافة إلي الأزمة داخل الحزب الوطني والتي لا علاقة لها بكيفية إدارة الحزب كمؤسسة.

وطالب الدكتور عمرو حمزاوي جميع أحزاب المعارضة بألا تقف موقف المتفرج وعليها أن تكون هي المحرك لعملية الضغط المجتمعي والنقلة من دور الفاعل المنتظر إلي القادر علي التغيير بالإضافة إلي تحويل المطالب الفئوية إلي مطالب سياسية.

 

Source : El Ahaly 21.10.09

 

Partager cet article

Repost 0

«أبوالفتوح» يقود تيار التجديد من المستشفي .. و«خيرت الشاطر» يقاومه من السجن

Publié le par Mahi Ahmed

«أبوالفتوح» يقود تيار التجديد من المستشفي .. و«خيرت الشاطر» يقاومه من السجن

كتب خالد حريب:

أثارت الاستقالة التي تقدم بها محمد مهدي عاكف المرشد العام للإخوان المسلمين ردود فعل متسارعة حتي داخل مكتب الإرشاد نفسه، وكانت الاستقالة قد تسربت من داخل مكتب المرشد نفسه، يأتي ذلك في أعقاب إعلانه الأحد الماضي التنحي عن مهامه وإسناد مهمة الإرشاد إلي نائبه الأول الدكتور محمد حبيب الذي صرح لقناة الجزيرة بأن الجماعة في أزمة وأن المرشد العام أسند إليه - إلي حبيب - بعض مهماته حتي إجراء الانتخابات في يناير القادم.

تأتي استقالة المرشد علي خلفية صراع مكتوم داخل الجماعة بين جناحين يمكن تسميتهما بجناح التشدد وجناح التجديد وشهد الجناحان عدة تصادمات كان من ملامحها اعتكاف الدكتور محمد حبيب في محافظة أسيوط.. ورفض ضم الدكتور عصام العريان إلي مكتب الإرشاد في الموقع الذي شغر مؤخرا.

ويأتي تقدم تيار التجديد داخل مكتب الإرشاد ملموسا في ظل غياب خيرت الشاطر الذي يتزعم تيار المحافظين في السجن وتأييد قطاع واسع من الشباب الإخواني لجناح التجديد ومن أبرز هؤلاء الشباب قطاع المدونين علي الإنترنت.

ويمكن إجمال مطالب جناح التجديد أو المواءمة كما يصفه البعض لأنه لا يعارض الانفتاح علي الحكم في أربعة مسارات الأول هو الإفراج عن الدكتور عبدالمنعم أبوالفتوح وغلق ملف القضية، والثاني وقف الملاحقات الأمنية، والثالث التفاهم مع الحكم علي حصة الإخوان في البرلمان والمقابل هو تهيئة الأجواء لانتخابات رئاسة الجمهورية القادمة، وربما تهدئة حملتهم ضد «جمال مبارك» ومشروع التوريث.

وقد رد تيار المحافظين في محاولات مستميتة منه لتعكير مياه التهدئة وتعطيل الصفقة حيث خرج إلي العلن في واقعة نادرة مفتي الجماعة أحمد عبدالله الخطيب وهو كاتب الفتاوي والمحسوب علي خيرت الشاطر وتيار التشدد ليطالب بإقالة شيخ الأزهر ومفتي الجمهورية لموقفهما من النقاب. وفي اتجاه آخر أعلن عدد من نواب الإخوان علي عكس رغبة المرشد انضمامهم لحملة «مايحكمش» الرافضة للتوريث.

واللافت للانتباه هو انحياز المرشد العام لتيار التجديد الذي يري ضرورة الحوار مع أجهزة الدولة والتهدئة أملا في الحصول علي حصة من مقاعد البرلمان في الانتخابات القادمة.. ووقف الملاحقات الأمنية لأعضاء الجماعة وكذلك غلق القضية 404 المعروفة باسم «قضية التنظيم الدولي للإخوان» والإفراج عن الدكتور عبدالمنعم أبوالفتوح المتهم في القضية المشار إليها.

وتتردد معلومات بأن أبوالفتوح قاد بنفسه من محبسه في مستشفي قصر العيني الفرنساوي التفاوض مع بعض أجهزة الدولة وأجنحة محسوبة علي لجنة السياسات داخل الحزب الحاكم وهو الأمر الذي نفاه سريعا أبوالفتوح علي موقعه الإلكتروني واصفا تلك المعلومات بأنها مغرضة ولكنه عاد وترك الباب مواربا حيث ذكر بالنص «أن تلك الأنباء تهدف إلي تعطيل الحوار بين العاملين في الشأن العام وبعض أجهزة الدولة الوطنية»؟!!.

في نفس الوقت يحارب الدكتور «عصام العريان» معركته للصعود إلي مكتب الإرشاد وهو أعلي هيئة في مكتب الجماعة متطلعا إلي موقع المرشد العام، ولكن هناك جبهة قوية تقف ضد العريان وتوجهاته «الحداثية» علي رأسها كل من «خيرت الشاطر» النائب الثاني للمرشد والذي يقود الحملة من سجنه، ومحمود عزت أمين عام الجماعة الموصوف بالرجل الحديدي وهناك مع ذلك جبهة قوية تقف مع العريان تسمي نفسها بـ «الإخوان الجدد».

والصراع الدائر الآن في صفوف الجماعة التي تتوالي ضدها الحملات البوليسية ولها ما يزيد علي ثلاثمائة معتقل هو صراع تفجره تناقضات معقدة، فبينما يطالب الإخوان الجدد بتجديد فكر الجماعة والانخراط في العصر وإفساح مكان في الهياكل القيادية للشباب المتعلم تعليما عصريا لعصام العريان وعبدالمنعم أبوالفتوح «طبيبين»، فإن هذا التيار الجديد يعبر عن ميل للتعامل السياسي مع الحكم القائم والحزب الوطني وهو ما يثير حفيظة الشباب الغاضب من السياسات الحكومية.

من جهة أخري ينبئ هذا الصراع بتحولات عميقة في بنية الجماعة وتوجهاتها لو توفر لها مناخ سياسي ملائم ربما تنضج في اتجاه مراجعة بعض ما يسميه المحافظون بالثوابت مثل معاداة الديمقراطية والنساء والدعوة لبناء دولة دينية.. وتتحول إلي حزب مدني له مرجعية إسلامية.

 

Source : El Ahaly 21.10.09

Partager cet article

Repost 0

L’esprit d’Ibn Rochd, la réconciliation entre l’Islam et les sciences moderne

Publié le par Mahi Ahmed

Ouvrage de Nidhal Guessoum, l’astrophysicien algérien

L’esprit d’Ibn Rochd, la réconciliation entre l’Islam et les sciences moderne

Un essai de Nidhal Guessoum, cet astrophysicien algérien, professeur à l’université américaine de Shardjah (aux Emirats arabes unis), et ancien chercheur de la NASA, montre à travers les 558 pages de son ouvrage, publié à la fin 2008 en France, qu’il « est possible de construire une approche respectueuse et rigoureuse à la fois de la science moderne et de l’Islam ».

 

En grand fan d’Ibn Rochd, il explique que par le passé, « la religion musulmane a prouvé qu’elle était capable d’intégrer entièrement la connaissance scientifique dans sa propre vision du monde, de construire des contributions intellectuelles importantes dans divers domaines et secteurs. Les philosophes d’Al Kindi à Ibn Rochd, ont entièrement digéré la philosophie helléniste, les scientifiques d’Ibn Haytham et Al Biruni, Al-Tusi et Ibn Shatir, ont fait de même avec la science babylonienne et grecque, et les médecins de Ibn Suna à Ibn Nafis également. Ils sont allés plus loin que leurs prédécesseurs, révélant leurs erreurs, découvrant de nouveaux faits, inventant de nouvelles méthodes et outils, produisant une civilisation authentique, organiquement cultivée ». En citant des faits historiques et des historiens de renommée, l’auteur écrit : « l’Islam est parvenu à réaliser cette grande civilisation synthétique lorsqu’il s’est ouvert sur le monde avec confiance, en permettant à des penseurs d’assimiler entièrement les sciences et l’héritage philosophique de l’humanité et d’explorer sans craintes de nouvelles idées et routes ».

Selon le chercheur, « la société musulmane doit reconnaître l’importance multidimensionnelle de la science, ré-adopter cette attitude interactive ouverte et allier intelligemment les idées modernes à ses propres principes » . Une mission que les intellectuels comme lui, doivent, dit-il, poursuivre. Dans son ouvrage, l’auteur consacre un grand chapitre à la « miraculosité » scientifique du Coran, ou Al I’Djaz Al Ilmi, pour inciter le lecteur à une autre lecture sur les découvertes récentes dans les domaines de la physique quantique, de la biologie, de la paléontologie, de la cosmologie, pour découvrir que le Coran peut donner un sens au monde et une réponse à des questions devant lesquelles la science se sent souvent impuissante. S’appuyant sur le modèle d’Ibn Rochd, Guessoum invite à une voie médiane, en écartant celles erronées, telles la théorie du contenu scientifique miraculeux du Coran, le créationnisme mais aussi celles du scientisme, et le post-modernisme, qui ne respectent pas la religion et la science moderne. Usant d’une langue accessible à tous, il entame son ouvrage « en revenant au fondement, Dieu, le Coran et la science, puis traite en détail l’évolution darwinienne, la cosmologie moderne, les miracles, l’effet de la prière, etc ».

L’ouvrage est très riche en enseignements et tranche totalement avec la lecture littéraire rétrograde du Coran et de la Sunna, très répandue dans le monde musulman et surtout à l’origine de la fermeture des portes de l’esprit scientifique. Bref, le livre bat en brèche l’orthodoxie musulmane et l’absence de rationalité dans les débats religieux, ce qui expliquerait peut-être le fait qu’il ne soit pas dans les librairies en Algérie. Nidhal Guessoum, qui a côtoyé des prix Nobel et participé à de nombreux colloques scientifiques mondiaux, est fils d’un doyen de l’Institut des études religieuses de l’université d’Alger. Il a quitté l’Algérie vers le début des années 90, période où il se focalise sur le problème de l’observation lunaire, traitée dans une étude de référence, sur la base de recherches astrophysiques nouvelles et modernes. Durant cette période, il axe son travail sur l’interface existant entre la science, la religion et la philosophie, en se référant non seulement aux ouvrages de Barboure, Peacodke, Plokinghorne et Ruse, mais surtout à ceux d’Al Ghazali, Ibn Rochd, (XIe et XIIe siècles) et de Ikbal et Nasr (XXe siècle).

Nidhal Guessoum Réconcilier l’Islam et l’esprit d’Averroes Edition : Presses de la renaissan

 

Par Salima Tlemçani

 

Publié dans Choix d'articles

Partager cet article

Repost 0

La reprise économique est une illusion

Publié le par Mahi Ahmed

La reprise économique est une illusion

La BIS nous met en garde contre de futures crises

 

Par Andrew Gavin Marshall

Le 24 octobre 2009

 

La guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force et l’endettement c’est la reprise

À la lumière des exclamations omniprésentes et obstinées d’« une fin » de récession, d’« une solution à la crise » et d’une « reprise » de l’économie, nous devons nous rappeler qu’elles proviennent exactement des mêmes personnes et des mêmes institutions qui nous ont dit dans les dernières années qu’il n’y avait « aucune raison de s’en faire », que les « bases de l’économie se port[ai]ent bien », qu’il n’y avait « aucun danger » de crise économique.

Pourquoi croyons-nous toujours les mêmes personnes qui n’ont fait que se tromper, à la fois dans leurs affirmations et dans leurs choix? Qui devrions-nous croire et vers qui devrions-nous nous tourner pour des informations et des analyses plus justes? Une source utile serait peut-être celle à l’épicentre de la crise, au cœur du monde obscur des banques centrales, le régulateur du système bancaire mondial et la « plus prestigieuse institution financière au monde », laquelle a, jusqu’à présent, prévu la crise avec exactitude : la Banque des règlements internationaux (BRI). Voilà un bon départ.

La crise économique est tout sauf terminée et les « solutions » apportées sont comparables à un pansement adhésif sur un bras amputé. La BRI, la banque centrale des banques centrales du monde, a mis en garde contre de tels espoirs déplacés et continue de le faire.

Qu’est-ce que la Banque des règlements internationaux?

La BRI a été créée par le Comité Young, constitué en 1929 pour régler le paiement des réparations allemandes, exposées brièvement dans le Traité de Versailles de 1919. Le Comité était dirigé par Owen D. Young, président et PDG de General Electric, co-auteur du plan Dawes de 1924, membre du Conseil d’administration de la Rockefeller Foundation et vice-président de la Federal Reserve Bank of New York. À titre de principal délégué étatsunien à la conférence sur les réparations allemandes, il était également accompagné par J.P. Morgan, Jr. [1]. De là est né le plan Young pour le paiement des réparations allemandes.

Ce plan est entré en vigueur en 1930, après le krach boursier. Une partie du plan impliquait la création d’une organisation internationale de règlement, fondée en 1930 et connue sous le nom de Banque des règlements internationaux (BRI). Elle était prétendument conçue pour faciliter et coordonner les paiements des réparations de l’Allemagne de Weimar aux pouvoirs alliés. Toutefois, sa seconde fonction, plus secrète et bien plus importante, était d’agir en tant que « coordinateur des opérations des banques centrales à travers le monde ». Décrite comme « une banque pour les banques centrales », la BRI « est une institution privée avec des actionnaires, mais elle fait des opérations pour les agences publiques. Ces opérations sont strictement confidentielles, donc le public ignore habituellement la plupart des opérations de la BRI ». [2]

La BRI a été fondée par « les banques centrales de Belgique, de France, d’Allemagne, d’Italie, des Pays-Bas, du Japon et du Royaume-Uni, ainsi que par les trois principales banques commerciales des États-Unis, soit J.P. Morgan & Company, First National Bank of New York et First National Bank of Chicago. Chaque banque centrale a souscrit à 16 000 d’actions et les trois banques étatsuniennes ont également souscrit au même nombre d’actions ». Cependant, « seules les banques centrales ont un droit de vote [3] ».

Les membres des banques centrales tiennent des rencontres bimensuelles à la BRI où ils discutent de différentes questions. Il convient de noter que la plupart « des transactions effectuées par la BRI pour le compte des banques centrales exigent le plus grand secret [4] », voilà probablement pourquoi la plupart des gens n’en ont jamais entendu parler. La BRI peut offrir aux banques centrales « une confidentialité et un secret bancaire supérieur à une banque cotée triple A [5] ». 

 

La BRI a été instaurée « pour remédier au déclin de Londres en tant que centre financier mondial en offrant un mécanisme par lequel un monde muni de trois principaux centres financiers à Londres, New York et Paris, pourrait toujours fonctionner comme s’ils n’y en avait qu’un seul [6] ». Comme l’expliquait Carroll Quigley :

 

[L]es pouvoirs du capitalisme financier avaient un autre but d’une portée considérable, rien de moins que la création d’un système mondial de contrôle financier dans les mains du privé, capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde en entier. Ce système devait être contrôlé de concert et d’une manière féodale par les banques centrales du monde, par des accords secrets conclus au cours de fréquentes conférences et réunions privées. Au sommet du système, devait se trouver la Banque des règlements internationaux à Bâle en Suisse, une banque privée, détenue et contrôlée par les banques centrales mondiales, elles-mêmes des sociétés privées [7].

 

La BRI est, sans aucun doute, la plus importante, la plus puissante et la plus secrète des institutions financières du monde. Ses avertissements ne devraient pas être pris à la légère, puisqu’elle, plus que toute autre institution au monde, serait au courant de telles informations.

 

En septembre 2009, la BRI rapportait que « [l]e marché mondial des produits dérivés a rebondi à 426 billions de dollars au deuxième trimestre, lorsque l’appétit du risque est réapparu, mais le système demeure instable et sujet aux crises ». Le rapport trimestriel de la BRI indique que les produits dérivés ont connu une hausse de 16 % « surtout en raison d’une croissance des contrats à terme (futures) et des options sur taux d’intérêt à trois mois ». L’économiste en chef de la BRI a prévenu que le marché des dérivés pose « des risques systémiques majeurs » dans le secteur financier international et que « [l]e danger est que les autorités de réglementation n’arrivent pas, encore une fois, à voir que les grandes institutions ont pris bien plus de risques qu’elles ne le pouvaient dans des conditions de choc ». L’économiste a ajouté : « L’utilisation de dérivés par les les fonds de couverture (hedge funds) et autres investissements du genre peuvent créer d’importants risques cachés [8]. »

 

Le jour suivant la publication du rapport de la BRI, son ancien économiste en chef, William White, a fait cette mise en garde : « Le monde ne s’est pas attaqué aux problèmes au cœur du déclin économique et il est probable qu’il entre doucement à nouveau en récession. » Il a par ailleurs « prévenu que les actions gouvernementales destinées à aider l’économie à court terme pourraient en fait jeter les bases de crises à venir ». Il aurait également mis en garde contre une récession à double creux : « Allons-nous vers une [récession en forme de] W? Cela est presque certain. Allons-nous vers un L? Je n’en serais pas le moins du monde surpris. La seule chose qui pourrait réellement me surprendre serait une reprise durable provenant de la position dans laquelle nous nous trouvons. »

 

Un article du Financial Times expliquait que les commentaires de M. White ne doivent pas être pris inconsidérément puisqu’en plus d’avoir dirigé le département économique de la BRI de 1995 à 2008, il avait « à maintes reprises prévenu des dangereux déséquilibres conjoncturels dans le système financier mondial, avertissements datant d’aussi loin que 2003, et – brisant un grand tabou à l’époque dans les cercles des banques centrales – il a osé contester la politique continue d’argent bon marché de Alan Greenspan, alors président de la Réserve Fédérale (Fed) » 

 

Le Financial Times poursuit:

 

Partout dans le monde, les banques centrales ont injecté des milliers de milliards de dollars d’argent neuf dans le système financier dans les deux dernières années en guise d’effort pour prévenir une dépression. Entre-temps les gouvernements sont allés vers des extrêmes semblables, accumulant de larges dettes afin de soutenir les industries, des banques aux constructeurs automobiles.

 

M. White a prévenu qu’« il se peut que [c]es mesures soient déjà en train de gonfler une bulle dans les prix des actifs, allant des actions aux marchandises [et qu’]il existait un risque mineur que l’inflation ne devienne hors de contrôle à moyen terme ». Dans un discours donné à Hong Kong, M. White expliquait que «  les problèmes sous-jacents  à l’économie mondiale, tel que les déséquilibres commerciaux insoutenables entre les États-Unis, l’Europe et l’Asie, n’ont pas été résolus. » [9]

 

Le 20 septembre 2009 le Financial Times révélait que lors d’une réunion du G20, la BRI, « `à la tête de l’organisme supervisant la réglementation bancaire mondiale, a émis un avertissement strict en disant que le monde ne peut pas se permettre supposer de façon “complaisante” que le secteur financier a repris pour de bon [et que] Jaime Caruana, directeur général de la BRI et ancien gouverneur de la Banque centrale d’Espagne, a affirmé que la reprise boursière ne doit pas être mal interprétée [10] ».   »

 

Ces mises en garde suivent celles de la BRI émises durant l’été 2009 à propos des espoirs inopportuns devant les mesures de stimulation économique prises par divers gouvernements partout dans le monde. À la fin juin, la BRI a prévenu que « les mesures de stimulation budgétaires ne peuvent donner rien de plus qu’une relance temporaire de la croissance, suivie d’une longue période de stagnation ».

 

Voici ce que révélait un article du Australian : « Le seul organisme international à avoir anticipé la crise financière […] a prévenu que le plus grand risque était que les forcent les gouvernements à abandonner leurs mesures de stimulation économique et plutôt à réduire radicalement les dépenses tout en haussant les impôts et les taux d’intérêt, [car la rapport annuel de la BRI] a, ces trois dernières années, prévenu des dangers d’une nouvelle dépression ». De plus, « [son] dernier rapport annuel a averti que des pays comme l’Australie faisaient face à une possible ruée sur la devise, ce qui provoquerait une hausse des intérêts ». La BRI a par ailleurs prévenu qu’« un répit temporaire pourrait entraver la prise d’initiatives par les autorités et visant à remettre sur pied le système financier, si ces initiatives sont impopulaires, et ultimement prolonger la période de croissance lente ».

 

Par ailleurs, «  [au] même moment, les garanties gouvernementales et les asset insurance ont exposé les contribuables à des pertes potentielles énormes ». En expliquant comment les mesures fiscales posaient des riques significatifs, la BRI poursuit : « La possibilité que les responsables de la fiscalité épuisent leur capacité d’emprunt avant de terminer les réparations coûteuses du système financier constitue un danger […] Il est certes probable que les plans de stimulation augmentent les taux d’intérêt réels et les prévisions d’inflation. [Celle-ci] s’intensifierait alors que le déclin s’atténuerait [et la BRI] a exprimé des doutes concernant le plan de sauvetage bancaire adopté aux États-Unis [11]. »

 

La BRI a encore mis en garde contre l’inflation en affirmant qu’«  il est légitime et important d’être préoccupé par la transposition de la détente radicale de la politique monétaire en croissance au sein des plus grands agrégats de monnaie et de crédit, avant que la situation ne puisse être renversée. [Cela mènera] à une inflation qui nourrit les perspectives d’inflation ou pourrait alimenter encore une autre bulle spéculative, en jetant les bases du prochain cycle financier d’emballement-effondrement [12] ». Selon le plus récent rapport sur la création de la bulle des dérivés, il est désormais évident que c’est exactement ce qui s’est produit : une autre bulle spéculative a été créée. Le problème avec les bulles, c’est qu’elles éclatent.

 

Pour sa part, le Financial Times rapportait que William White, ancien économiste en chef de  la BRI, avait également « fait valoir qu’après deux ans de soutien gouvernemental au système financier, nous avons désormais un groupe de banques encore plus grandes et plus dangereuses que jamais, [ce qu’a également] souligné Simon Johnson, ancien économiste en chef du Fonds monétaire international, en affirmant que l’industrie de la finance s’est en effet emparée du gouvernement des États-Unis ». Il a clairement dit : « La reprise échouera à moins que nous brisions l’oligarchie financière qui empêche la réalisation d’une réforme essentielle. [13] » (C’est nous qui soulignons)

 

Au début septembre 2009 les responsables des banques centrales se sont rencontrés à la BRI et selon la presse, «  ils se sont mis d’accord sur un ensemble de mesures visant à renforcer la réglementation et la supervision de l’industrie bancaire, dans la foulée de la crise financière ». Le chef de la Banque centrale européenne aurait dit : « Les accords auquels nous sommes arrivés aujourd’hui entre les 27 grands pays du monde sont essentiels, car ils établissent de nouveaux standards pour la réglementation et la supervision bancaire au niveau mondial [14]. »

 

Parmi les mesures convenues, « les prêteurs devraient hausser la qualité de leur capital en incluant plus de titres [et] les banques devront également augmenter la quantité et la qualité des actifs qu’ils gardent en réserve et freiner l’effet de levier ». L’une des décisions clés prises à la conférence de Bâle, qui tient son nom du Comité de Bâle sur le contrôle bancaire et a été constitué par la BRI, est que « les banques devront augmenter la qualité de leur soi-disant fonds propres de niveau 1, lequel mesure la capacité d’une banque à éponger des pertes soudaines ». Cela signifie que « [l]a majorité de ce genre de réserves devraient être des actions ordinaires et des bénéfices non répartis, et les avoirs seront entièrement dévoilés [15] ».

 

À la mi-septembre, la BRI a admis que « [l]es banques centrales doivent coordonner la supervision mondiale des chambres de compensation des produits dérivés et penser à leur donner accès à des fonds d’urgence afin de limiter le risque systémique ». En d’autres termes «  les responsables de la réglementation font pression pour qu’une grande part du commerce des dérivés hors bourse de 592 billions de dollars soit transféré aux chambres de compensation, lesquelles agissent à titre d’acheteur pour chaque vendeur et de vendeur pour chaque acheteur, réduisant ainsi les risques de crédit pour le système financier ». Le rapport publié par la BRI posait la question suivante : « [Les chambres de compensation] devraient-elles avoir accès aux facilités de crédit des banques centrales et si oui, à quel moment? [16] »

 

Une crise en vue

 

Le marché des dérivés représente une grave menace pour la stabilité de l’économie mondiale. Toutefois, il s’agit d’une menace parmi tant d’autres, toutes reliées et entrecroisées, l’une déclenchant l’autre. Le gros éléphant dans la pièce est l’importante bulle financière créée par les plans de sauvetage et les mesures de « relance » dans le monde entier. Cet argent a été utilisé par les grandes banques pour consolider l’économie, en achetant des banques moins grandes et en absorbant l’économie réelle : l’industrie de haut rendement. L’argent a aussi été placé dans la spéculation, nourrissant la bulle des dérivés et menant à une hausse des bourses, événement complètement illusoire et fabriqué. Les plans de sauvetage ont, en réalité, élevé la bulle des dérivés jusqu’à de nouveaux degrés risqués, ainsi que gonflé les marchés boursiers qui se trouvent dans une position intenable

 

Cependant, un péril redoutable surgit du coût des plans de sauvetage et des soi-disant mesures de « stimulation ». La crise économique est une conséquence des bas taux d’intérêt et de l’argent facile : on faisait des prêts à risque élevé, l’argent était investi partout et dans n’importe quoi, le marché du logement s’est gonflé, comme celui de l’immobilier commercial, le commerce des dérivés s’est emballé, atteignant les centaines de billions de dollars par année, la spéculation est devenue envahissante et dominait le système financier mondial. Les fonds spéculatifs (hedge funds) étaient les facilitateurs volontaires du commerce des dérivés et les grandes banques en étaient les principaux participants et détenteurs.

 

Au même moment, les gouvernements dépensaient sans compter, particulièrement aux États-Unis, en payant plusieurs billions de dollars pour des guerres et des budgets de défense et en imprimant de l’argent à partir de rien, gracieuseté du système mondial de banques centrales. Tout l’argent créé a, en revanche, créé une dette. En 2007, la dette totale – les dettes intérieure et de consommation, et les prêts commerciaux – des États-Unis atteignait la somme consternante de 51 billions de dollars [17].

 

Comme si le fardeau de la dette n’était pas suffisant, considérant qu’il serait impossible de la rembourser, on a assisté ces deux dernières années à l’augmentation de dette la plus rapide et la plus coûteuse de l’histoire, sous la forme de mesures de relance et de plans de sauvetage partout dans le monde. En juillet 2009, on rapportait que « les contribuables étatsuniens pourraient être dans le pétrin pour autant que 23,7 billions de dollars afin de soutenir l’économie et renflouer les sociétés de financement, a observé Neil Barofsky, inspecteur général spécial du Troubled Asset Relief Program [plan de sauvetage des actifs à risque] du Trésor [18] ».

 

Le plan Bilderberg Plan en marche?

 

En mai 2009, j’ai écrit un article sur la réunion du Bilderberg, réunion ultrasecrète des principales élites de l’Europe et de l’Amérique du Nord qui se rencontrent annuellement derrière des portes closes. Le groupe Bilderberg agit en tant que groupe de réflexion international informel et ne publie aucune information, donc les reportages sur les réunions proviennent de fuites et les sources ne peuvent être vérifiées. Toutefois, les informations fournies par les traqueurs de Bilderberg et journalistes Daniel Estulin et Jim Tucker se sont avérées étonnamment justes par le passé.

 

En mai, les informations ayant transpiré des réunions concernaient sans surprise le principal sujet de conversation, soit la crise économique. La grande question était de savoir s’il fallait s’engager dans « une dépression prolongée et douloureuse condamnant le monde à des décennies de stagnation, de déclin et de pauvreté […] ou [dans] une dépression plus courte mais plus intense ouvrant la voie à un nouvel ordre économique mondial durable, offrant moins de souveraineté, mais [étant] plus efficient ».

 

Il est important de noter qu’un des points importants à l’ordre du jour était de « continuer à tromper des millions d’épargnants et d’investisseurs croyant au battage autour de la prétendue reprise économique. Ils sont sur le point de faire face à des pertes massives et à d’éprouvantes difficultés économiques dans les mois qui viennent ».

 

Estulin a parlé d’un rapport qui avait transpiré et qu’il affirmait avoir reçu après la réunion, révélant de grands désaccords parmi les participants puisque « [l]es partisans de la ligne dure sont favorables à un déclin dramatique et à une dépression courte et sévère, mais d’autres pensent que les choses sont allées trop loin et que les retombées du cataclysme économique mondial ne peuvent pas être calculées avec exactitude ». Cependant la vision commune était que la récession allait empirer et que la reprise serait « relativement lente et prolongée » et qu’il fallait chercher ces termes dans la presse durant les semaines et les mois à venir. En effet, ces termes sont apparus and ad infinitum dans tous les médias du monde.

 

Le journaliste révélait par ailleurs que « que face au spectre de leur propre mort financière, certains éminents banquiers européens sont extrêmement préoccupés et qualifiaient cet exercice de haute voltige d’« insoutenable », et affirmaient que les déficits budgétaire et commercial pourraient engendrer l’effondrement du dollar ». Un membre de Bilderberg a admis que « les banques mêmes ne savent pas quand [le fond sera atteint] ». Tous paraissaient s’entendre sur le fait que « le niveau de capital dont les banques étatsuniennes ont besoin pourrait être considérablement plus élevé que ce que le gouvernement étatsunien a suggéré lors de ses récents tests de tension ». De plus, « quelqu’un du FMI a souligné que sa propre étude sur les récessions historiques suggère que les États-Unis ne sont rendus qu’au tiers de celle-ci. Par conséquent, les économies s’attendant à se rétablir grâce à la résurgence de la demande provenant des États-Unis devront attendre longtemps. » Un des participants a déclaré que « les pertes en capitaux propres en 2008 étaient pires que celles de 1929 [et que] la prochaine phase du déclin économique sera également pire que dans les années 1930, surtout parce que les États-Unis sont chargés d’une dette excessive d’environ 20 billions de dollars. L’idée d’un boom [économique] sain constitue un mirage jusqu’à ce que cette dette soit éliminée [19] ».

 

La perception générale d’une reprise de l’économie signifierait-elle que le plan Bilderberg est en marche? Eh bien, pour répondre à cette question de façon éclairée, nous devons examiner qui étaient les principaux participants de la conférence.

 

Dirigeants des banques centrales

 

Comme d’habitude, de nombreux dirigeants des banques centrales étant présents. Parmi eux le gouverneur de la Banque nationale de Grèce, celui de la Banque d’Italie, le président de la Banque européenne d’investissement, l’ancien président de la Banque mondiale, James Wolfensohn, Nout Wellink président de la Banque centrale des Pays-Bas et membre de la direction de la Banque des règlements internationaux (BRI), Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne, le gouverneur adjoint de la Banque nationale de Belgique ainsi qu’un membre du Conseil des administrateurs de la Banque centrale d’Autriche.

 

Ministres des Finances et médias

 

Des ministres des Finances et des officiels de nombreux pays ont également assisté à la réunion. La Finlande, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Grèce, le Portugal et l’Espagne y avaient chacun un représentant gouvernemental des Finances. Il s’y trouvait aussi beaucoup de représentant des grandes entreprises médiatiques du monde, dont l’éditeur de Der Standard d’Autriche; le président et PDG de la Washington Post Company; le rédacteur en chef de The Economist; l’éditeur délégué de Die Zeit d’Allemagne; le président et rédacteur en chef du Nouvel Observateur de France; le corédacteur et chroniqueur en chef sur l’économie du Financial Times; ainsi que le correspondant aux affaires et chroniqueur économique de The Economist. Voilà certaines des grandes publications financières mondiales présentes à cette réunion. Naturellement, ils ont une grande influence sur la perception qu’a le public de l’économie.

 

Les banquiers

 

Il convient en outre de souligner la présence à cette rencontre de banquiers privés, puisque ce sont les grandes banques internationales qui détiennent les actions des banques centrales du monde, lesquelles détiennent en retour les actions de la BRI. Parmi les banques et sociétés de financement représentées, il y avait la Deutsche Bank AG, ING, Lazard Freres & Co., Morgan Stanley International, Goldman Sachs et la Royal Bank of Scotland. Il est important de souligner par ailleurs la présence de David Rockefeller [20], ancien président et PDG de la Chase Manhattan (aujourd’hui J.P. Morgan Chase), que l’on pourrait qualifier d’actuel « roi du capitalisme ».

 

L’administration Obama

 

La rencontre de Bilderberg accueillait en outre de nombreux représentants de l’administration Obama chargés de résoudre la crise économique, dont Timothy Geithner, secrétaire au Trésor et ancien président de la Federal Reserve Bank of New York; Lawrence Summers, directeur du Conseil économique national de la Maison-Blanche, ancien secrétaire au Trésor du gouvernement Clinton, ancien président de l’Université Harvard et ancien économiste en chef de la Banque mondiale; Paul Volcker, ancien gouverneur de la Réserve fédérale et chef du Comité consultatif de relance économique du président Obama et Robert Zoellick, ancien président de Goldman Sachs et actuel président de la Banque mondiale [21].

 

Sans que cela soit confirmé, on rapporte la présence du président de la Fed Ben Bernanke. Toutefois, si l’on peut se fier à l’histoire et aux précédentes réunions du Bilderberg, le président de la Fed et celui de la Federal Reserve Bank of New York sont toujours présents. Il serait donc surprenant qu’ils n’aient pas été présents à la rencontre de 2009. J’ai contacté la Fed de New York pour demander si le président avait assisté à des réunions d’organismes ou de groupes quelconques en Grèce au moment de la rencontre des membres de Bilderberg et on m’a répondu de demander une liste de participants aux organisations concernées. S’ils n’ont pas confirmé sa présence, ils ne l’ont pas non plus niée.

 

Évidemment, tous ces joueurs clés peuvent exercer assez d’influence pour modifier l’opinion publique et la perception de la crise économique. Ils sont aussi ceux qui y ont le plus à gagner. Cependant, peu importe l’image qu’ils créent, elle ne demeure que ce qu’elle est : une image. L’illusion se brisera assez tôt et le monde en viendra à réaliser que la crise que nous avons traversée jusqu’ici n’est simplement que le chapitre introductif de la crise économique telle qu’elle sera écrite dans les livres d’histoire.

 

Conclusion

 

Les avertissements de la BRI et de son ancien économiste en chef, William White, ne doivent pas être pris à la légère. Les précédentes mises en garde de la BRI et de William White sont passées sous silence et se sont avérées exactes avec le temps. Ne laissez pas l’espoir de « reprise économique » véhiculé par les médias mettre de côté la « réalité économique ». Même s’il peut être déprimant de le reconnaître, il est beaucoup mieux de connaître le sol que l’on foule, même s’il est parsemé de dangers, que de l’ignorer et de courir imprudemment dans un champs de mines. L’ignorance ne rend pas heureux, elle est plutôt une catastrophe à retardement.

 

Un médecin doit d’abord identifier et diagnostiquer correctement un problème avant de pouvoir offrir n’importe quel remède comme solution. Si le diagnostic est incorrect, le remède n’aura pas d’effet, il pourrait en fait aggraver la situation. L’économie mondiale souffre d’un grave cancer : certains l’ont correctement diagnostiqué, pourtant le remède qu’on lui a donné était destiné à guérir un rhume. La tumeur économique a été identifiée. La question est : est-ce que nous l’acceptons et nous essayons de la traiter ou nous prétendons que le remède pour la toux va la guérir? Des deux attitudes, laquelle offre les meilleures chances de survie? Maintenant essayez d’accepter le dicton « imbécile heureux ».

 

Comme disait Gandhi, « Il n’est d’autre dieu que la vérité »

 

Pour une vue d’ensemble des crises financières à venir, voir : "Entering the Greatest Depression in History: More Bubbles Waiting to Burst," Global Research, August 7, 2009.

 

Article original en anglais :
The Economic Recovery is an Illusion, The Bank for International Settlements (BIS) Warns of Future Crises, publié le 3 octobre 2009.

Traduction : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca.

 

Notes

 

[1]  Time, HEROES: Man-of-the-Year. Time Magazine: Jan 6, 1930: http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,738364-1,00.html

 

[2]  James Calvin Baker, The Bank for International Settlements: evolution and evaluation. Greenwood Publishing Group, 2002: page 2

 

[3]  James Calvin Baker, The Bank for International Settlements: evolution and evaluation. Greenwood Publishing Group, 2002: page 6

 

[4]  James Calvin Baker, The Bank for International Settlements: evolution and evaluation. Greenwood Publishing Group, 2002: page 148

 

[5]  James Calvin Baker, The Bank for International Settlements: evolution and evaluation. Greenwood Publishing Group, 2002: page 149

 

[6]  Carroll Quigley, Tragedy and Hope: A History of the World in Our Time (New York: Macmillan Company, 1966), 324-325

 

[7]  Carroll Quigley, Tragedy and Hope: A History of the World in Our Time (New York: Macmillan Company, 1966), 324

 

[8]  Ambrose Evans-Pritchard, Derivatives still pose huge risk, says BIS. The Telegraph: September 13, 2009: http://www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/banksandfinance/6184496/Derivatives-still-pose-huge-risk-says-BIS.html

 

[9]  Robert Cookson and Sundeep Tucker, Economist warns of double-dip recession. The Financial Times: September 14, 2009: http://www.ft.com/cms/s/0/e6dd31f0-a133-11de-a88d-00144feabdc0.html

 

[10]  Patrick Jenkins, BIS head worried by complacency. The Financial Times: September 20, 2009: http://www.ft.com/cms/s/0/a7a04972-a60c-11de-8c92-00144feabdc0.html

 

[11]  David Uren. Bank for International Settlements warning over stimulus benefits. The Australian: June 30, 2009:

http://www.theaustralian.news.com.au/story/0,,25710566-601,00.html

 

[12]  Simone Meier, BIS Sees Risk Central Banks Will Raise Interest Rates Too Late. Bloomberg: June 29, 2009:

http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601068&sid=aOnSy9jXFKaY

 

[13]  Robert Cookson and Victor Mallet, Societal soul-searching casts shadow over big banks. The Financial Times: September 18, 2009: http://www.ft.com/cms/s/0/7721033c-a3ea-11de-9fed-00144feabdc0.html

 

[14]  AFP, Top central banks agree to tougher bank regulation: BIS. AFP: September 6, 2009: http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h8G0ShkY-AdH3TNzKJEetGuScPiQ

 

[15]  Simon Kennedy, Basel Group Agrees on Bank Standards to Avoid Repeat of Crisis. Bloomberg: September 7, 2009: http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601087&sid=aETt8NZiLP38

 

[16]  Abigail Moses, Central Banks Must Agree Global Clearing Supervision, BIS Says. Bloomberg: September 14, 2009: http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601087&sid=a5C6ARW_tSW0

 

[17]  FIABIC, US home prices the most vital indicator for turnaround. FIABIC Asia Pacific: January 19, 2009: http://www.fiabci-asiapacific.com/index.php?option=com_content&task=view&id=133&Itemid=41

 

Alexander Green, The National Debt: The Biggest Threat to Your Financial Future. Investment U: August 25, 2008: http://www.investmentu.com/IUEL/2008/August/the-national-debt.htm l

 

John Bellamy Foster and Fred Magdoff, Financial Implosion and Stagnation. Global Research: May 20, 2009: http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=13692

 

[18]  Dawn Kopecki and Catherine Dodge, U.S. Rescue May Reach $23.7 Trillion, Barofsky Says (Update3). Bloomberg: July 20, 2009: http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601087&sid=aY0tX8UysIaM

 

[19]  Andrew Gavin Marshall, The Bilderberg Plan for 2009: Remaking the Global Political Economy. Global Research: May 26, 2009: http://www.globalresearch.ca/index.php?aid=13738&context=va

 

[20]  Maja Banck-Polderman, Official List of Participants for the 2009 Bilderberg Meeting. Public Intelligence: July 26, 2009: http://www.publicintelligence.net/official-list-of-participants-for-the-2009-bilderberg-meeting/

 

[21]  Andrew Gavin Marshall, The Bilderberg Plan for 2009: Remaking the Global Political Economy. Global Research: May 26, 2009: http://www.globalresearch.ca/index.php?aid=13738&context=va

Source:  Shttp://www.mondialisation.ca/PrintArticle.php?articleId=15818

Partager cet article

Repost 0

Iran, Pakistan et Baloutchistan

Publié le par Mahi Ahmed

Iran, Pakistan et Baloutchistan

 

Par Gilles Bonafi

Le 19 octobre 2009

 



Notre société du spectacle est basée sur un pilier fondamental: les médias. Le net démontre de jours en jours que la soi disant information que nous recevons n'a rien à voir avec la réalité. Le moment est venu de se pencher sur un cas particulier, celui de l'Iran.

J'ai affirmé il y a quelques jours que la guerre aura lieu bientôt et il convient ici d'effectuer une analyse précise (et sourcée) des tenants et aboutissants de cette future troisième guerre mondiale.

Tout d'abord, sachez que la réalité s'apparente aux poupées russes. En effet, derrière un "secret" se cache souvent un autre, bien plus important. Ainsi, comprendre le problème de l'Iran doit s'effectuer selon 2 axes, celui que l'on perçoit: le problème du pétrole, mais aussi celui, plus secret, du planning du Nouvel Ordre Mondial.

Pour commencer, il convient de préciser que l'Iran détient 10% des réserves pétrolières mondiales prouvées (3ème mondial) mais aussi 15 % des réserves mondiales de gaz (2ème mondial). Pour mieux cerner le problème, je vous conseille de visionner la vidéo "Réfléchir sur le 11 septembre " sur mon blog. Cette vidéo est une conférence de Daniele Ganser, un historien (réputé) spécialiste des questions de terrorisme et de pétrole.

Démocratie ou pas, l'Iran est ainsi condamné à passer sous le joug de l'empire US. Pour mieux comprendre la politique américaine dans le monde je vous conseille aussi de visionner l'excellente vidéo d'Omar Aktouf (sur mon blog également). Pour visualiser le problème, il convient de regarder les cartes. J'ai en effet publié en ligne la carte du Armed forces journal de juin 2006 qui n'est pas sortie de l'imagination d'un illuminé (quoi que...), mais bien une réalité que j'entends démontrer ici.

Tout d'abord il convient de bien l'observer (sur mon blog: Iran, l'heure est arrivée! Ci-dessous ) et vous constaterez que l'Irak est divisé en 3 régions distinctes:

-Kurdistan libre
-Irak sunnite
-Irak chiite

Le plus intéressant concerne ce dernier, qui, vous pouvez le constater, occupe la partie ouest de l'Iran actuel. Or, pour comprendre, il suffit de regarder l'emplacement des réserves pétrolières de l'Iran (Carte de l'Iran : pétrole et gaz ci-dessous) qui sont presque toutes situées dans cette zone. La carte de l'Irak chiite se superpose de façon incroyable avec celle des emplacements de pétrole et de gaz Iranien. Ainsi, en amputant l'Iran de ses richesses naturelles, on réduit à néant sa volonté de puissance. Pour résumer, on le vole et on le détruit en même temps!

Mais il existe un autre secret et vous comprendrez par la même occasion ce que nous faisons en Afghanistan. Il existe en effet un projet de gazoduc (oléoduc) nommé TAP reliant le Turkménistan au Pakistan en passant par l'Afghanistan afin de faire transiter le pétrole et le gaz de la Caspienne vers l'Océan Indien. Un gazoduc (oléoduc)Iran-Pakistan passant par Gwadar est aussi en projet. Vous pouvez trouver la preuve de ceci (une carte) sur le site de l'assemblée nationale (source:
http://www.debats-parlementaires.fr/12/rap-dian/dian99-2006.asp
) ou ci-dessous : Projet TAP et Baloutchistan. Pour ceux qui croient encore que je parle dans le vent, voici une petite remise à niveau.



Or, vous pouvez le constater, ce projet passe par le Pakistan, zone très instable qui va devenir totalement explosive bientôt. Là aussi, la carte du Armed Force journal de 2006 nous aide. En effet, nous remarquons qu'un nouvel état est créé: le Baloutchistan libre (free Baluchistan). Et, comme "par hasard", de nombreux attentats ont lieu actuellement dans cette province (dans la province Iranienne du Sistan-Baloutchistan pour être plus précis).

Ces attentats provoqués par les Jundollah (groupe armé Baloutche sunnite) ont commencé il y a 5 ans avec l'assassinat d'un officier des gardiens de la révolution et surtout la tentative d'assassinat de Mahmoud Ahmadinejad le 14 décembre 2005. Le 14 février 2007 ils avaient attaqué un car des gardiens de la révolution faisant 11 morts, suivi de l'attentat suicide contre le quartier général de l'armée à Zaravan en décembre 2008. L'attaque de mosquées chiites est devenu leur spécialité, comme celle de Zahedan le 28 mai 2009. (Source: Le point, Les Jundollah, des sunnites qui combattent Téhéran depuis 2005 ...)

Un article sérieux a d'ailleurs été effectué à ce niveau-là que vous pouvez retrouver ici :
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=569
.

Vous avez aussi l'excellent article de Jean-Michel Vernochet, un spécialiste des relations internationales qui informe vraiment (c'est très rare!), intitulé "Attentat au Sistan-Balouchistan... un acte de guerre décisif ..." que vous trouverez sur geostrategie.com -
http://www.geostrategie.com/
.

En effet, les Baloutches sont des musulmans sunnites au sentiment anti-perse et anti-chiite exacerbé et qui représentent les trois quarts de la population du Sistan-Baloutchistan. La doctrine de Sun Tzu (L'art de la guerre) est donc appliquée à la lettre et la division se fait toujours selon 2 axes: l'axe religieux et ethnique. L'agence Stratfor, un think-tank américain (institution privée) spécialisée dans les études stratégiques a bien étudié le problème ainsi que la société Hicks and Associates chargée par l'armée américaine d'effectuer des recherches sur le problème ethnique de la région afin de pouvoir organiser l'indépendance du Baloutchistan. C'est ainsi que cela se passe!

Le Sistan-Balouchistan est la plus vaste province de l'Iran ( 11% du pays), mais surtout, elle est la clé de l'accès à l'océan Indien avec le port de Gwadar qui est situé au Pakistan. N'oublions pas que Gwadar possède aussi un aéroport international, un port en eau profonde et un terminal pétrolier. Cette ville deviendra donc la plus importante de ce nouvel état et sera le terminal pétrolier du projet TAP qu'il faudra rebaptiser TAB (Turkménistan-Afghanistan-Baloutchistan).

Pourtant, ces objectifs de main mise sur le pétrole du Moyen-Orient masquent un autre but : la "régionalisation du monde". En effet, et je l'ai déjà démontré dans mon article "Crise systémique – Les solutions (n°4 : régions et monnaies complémentaires)", la construction du Nouvel Ordre Mondial passe par l'étape fondamentale de la destruction des nations et donc, le glocal (voir article "régions et monnaies complémentaires" sur mon blog). Le monde arabe n'y coupera pas lui aussi et "le découpage" de l'Irak, et bientôt du Pakistan et de l'Iran relève de cette stratégie majeure.

Le hiatus entre l'information sur le net et celle des médias officiels devient flagrant. Alain Finkielkraut peut toujours traiter le net de poubelle, je propose pour ma part une autre théorie: les médias officiels ne sont-ils pas une vaste machine à formater les esprits? Tous ces hommes soi-disant libres n'étant que les laquais d'un système dont ils ne comprennent ni les tenants ni les aboutissants, une lâcheté banale, ordinaire qui amusait le Général de Gaulle : "en général, les gens intelligents ne sont pas courageux et les gens courageux ne sont pas intelligents."

Zola avait tout résumé dans "son excellence Eugène Rougon" publié en 1876: "La presse est le réceptacle de tous les ferments nauséabonds. Elle fomente les révolutions, elle reste le foyer toujours ardent où s'allument les incendies. Elle deviendra seulement utile le jour où l'on aura pu la dompter et employer sa puissance comme un instrument gouvernemental!"

La presse est désormais "domptée", le net est là, mais pour combien de temps encore?

Gilles Bonafi est professeur et analyste économique. Son blog : http://gillesbonafi.skyrock.com/

Source : http://www.mondialisation.ca/PrintArticle.php?articleId=15742

Partager cet article

Repost 0

المعارضة السورية مابين الإشتقاق والبنيوية

Publié le par Mahi Ahmed

المعارضة السورية مابين الإشتقاق والبنيوية


هيبت بافي حلبجة

المحور: اليسار , الديمقراطية والعلمانية في المشرق العربي
    

إن من أهم العوامل التي تولد الإنبطاح السياسي والرذالة الفكرية والترهل البنيوي في الشرق الأوسط هي ، أولاً : الرأسمالية المالية . لقد تغيرت طبيعة القوانين الإقتصادية للرأسمالية المالية في المرحلة الراهنة ، وتغيرت بموجبها الرؤية الماركسية التقليدية حول مفهوم الأجور ، علاقات الأنتاج ، القوى المنتجة ، وسائل الأنتاج ، وحتى العلاقة ما بين الطبقة الرأسمالية و الطبقة العاملة ( تلك الطبقة التي إلى يومنا هذا لم تتطابق مع دالتها في العلاقة ما بين العلمي والمحايثي ) . لإن الرأسمال المالي ولج إلى كافة المجتمعات قسراً ، وغصباً عن الرأسمالية نفسها ، وخلق شروطه الخاصة في الإقتصاد ، في مفهوم السلعة والبضاعة ، في مفهوم الحاجة والضرورة ، في مفهوم العرض والطلب ، في مفهوم السعر والأجر ، في مفهوم قيمة العمل والأنتاج . أي إنه ، وبحكم بنيويته ، لاينشيء فقط معادلات واقعه الإقتصادي وإرتباطاتها ( التوازن السياسي ، واللآتوازن في الأسواق بعكس ما يعتقد سمير أمين ) ، إنما يصوغ بالضرورة مسوغاته السياسية في الداخل وفي الخارج ، في الداخل يستفيد من السلبية والإيجابية في فحوى القوانين ، وفي الخارج لايسمح إلا بالإستعباد ، وتبعية الرأسمال الوطني في المجتمعات النامية لرأسمال المالي الأجنبي ، لذلك هو يمقت الأنظمة الديمقراطية ، ولاسيما الشعبية . ثانياً : الأنظمة الرأسمالية . تلك الأنظمة التي تتصرف في منطقة الشرق الأوسط ( أس البحث ) توافقاً مع مزدوجتين ، خلق مفهوم الحالة ، التناقض الكاذب الموهوم ، مابين عناصر هي في الأساس تمثل قمة المواءمة والتناغي ، لتفريغ المجتمعات من تعضدية التاريخي وما قد يتولد منها ، لتبقى ، تلك المجتمعات ، في علاقة أستلابية ما بين الموضوعي والواقعي ، ما بين العلمي الفيزيائي والتاريخي المشوه ، ليبلغ الشرق الأوسط ، كسوق إقتصادي للرأسمال المالي ، حالة المختبر ذو التوازن السياسي المشروط المختل ، كمفهوم الربع في الساعة الزمنية وفي النسبة المئوية ، هذا هو جوهر الإلتقاء ( التناقض المزعوم ) ما بين سوريا وإسرائيل ، وكيفية محافظة إسرائيل على النظام السوري وحماية هذا الأخير للأولى ، وهذا هو سر دور التكامل التاريخي ( الدور التهديمي ) ما بين أطراف المعادلة ، حماس وحزب الله والتيار الصدري والنظام السوري وأيران والإسلام الأصولي والعصبية القومية من جهة ، والأنظمة الرأسمالية وتنظيماتها الدولية من جهة ثانية ، ضد تاريخانية الشرق الأوسط ، وإخضاعها ، أي التاريخانية ، للجغرافانية والأدلجانية ، وضد الديمقراطية الممتلئة ، وإخضاعها ، في أمثل الأحوال ، لديمقراطية القوانين التي صيرورتها أستبدادية الواقع ضد ذهنية الدمقرطة . ثالثاً : الأنظمة اللاديمقراطية . بخلاف ما دأب عليه عمداء الفقه الدستوري في تقسيماتهم حول تلك الأنظمة ، الديكتاتورية ، التوتاليتارية ، المستبدة ، فإنه يروق لنا تقسيمها إلى أنظمة شمولية مؤسساتية ( النظام الإيراني ، النازية ) ، وأنظمة شمولية لامؤسساتية ( النظام السوري ) حيث تحتسب هذه الأخيرة من أخطر أنواع القمع والإغتيال والقهر ضد شعوبها ، لأنها تختص بالآتي ، فمن الزاوية الأولى ، لاقيمة للمؤسسات ، البرلمان في إجازة دائمة ، والوزارات ، والمسوؤلون كلهم يستحمون على شاطىء الرزالة والنتانة ، تفوح منهم رائحة القرف والإشمئزاز . ومن زاوية ثانية ، الدستور والقوانين في غيبوبة أبدية رغم إنها تجسد أساس الظلم والأستعباد ، لإن الدولة محكومة في قراراتها السيادية وأصعدتها المهمة من قبل زمرة تصادر الكرامة والشرف والحياة والدهاليز القاتمة الدامسة وعذراوية الضمير والوجدان وفحولة القدر . ومن زاوية ثالثة ، المجتمع ، في إقتصاده ، في سوسيولوجيته ، في علاقاته ، في أنطولوجيته ، في قيمه ، في قيمته ، يبلغ مستوى الأستلاب اللاواعي ، ليقاسي من حالة هي خارج الحالة لأنها تضحو خارج ذاتها ، خارج كينونتها . رابعاً : عدم نضوج المجتمعات . لأنها لم تعاني مخاض الرأسمالية في أطوارها الفعلية ، ولم تحايث إلا الآثار والنتائج النظرية للسمة السائدة ، فثمة عدم تطابق مابين البنى الفوقية والبنى التحتية بالقياس الأستدلالي للتاريخ الأقتصادي ، بل أوشك أن أعتقد ، على عكس غرار المألوف ( ماركس ) ، إن البنى الفوقية في مجتمعات الشرق أوسطية تمارس التعسف والأستعباد على البنى التحتية ، وكأن هذه الأخيرة تهجر العلم ، تاريخيتها ، قوانينها الموضوعية . هنا نكتفي بهذه العوامل ونسقط العوامل الأخرى لأنها لاتفيد كثيراً في بحثنا هذا ، ومن خلال سردنا السابق ندرك العواقب الوخيمة والكارثية ، لسيطرة حماس على قطاع غزة ، ولسلاح حزب الله خارج إطار السلطة الشرعية اللبنانية ، وللدور التخريبي الرهيب المقيت لأيران و للزمرة الحاكمة في دمشق والتيار الصدري ، في لبنان والعراق وفلسطين والخليج واليمن . ومن خلال سردنا السابق نعي أيضاُ الإشكالية في الملاحظات التالية . الملاحظة الأولى : الدور التعاظمي التمايزي للقوى 14 آذار اللبنانية في تحديد وتأصيل هوية لبنان وتثبيت أركان تجربته الديمقراطية في مواجهة الخطر القادم من ميشيل عون وحزب الله . ذلك الدور الذي يتجسد في حده الأعظمي في العلاقة مابين الشيخ سعد الحريري والرئيس اللبناني الأسبق الشيخ أمين الجميل كوحدة مؤتلفة من أنسجام وتطابق في مسار بذورالديمقراطية في الفكر السياسي المعاصر ، يتجاوز جغرافية لبنان بصورة محمودة لينفي عن ذاته مدلول الديكتاتورية لدى جمال عبد الناصر وعلاقته الأستبدادية مع زميل دربه محمد نجيب أول رئيس لمصر بعد المؤامرة ( وليست ثورة ) ضد الملكية . ضمن هذا التصور تترآى دوافع أغتيال السادة الكبار كمال جنبلاط ، رفيق الحريري ، والجهة التي أمرت بالأغتيال ، النظام السوري . الملاحظة الثانية : الدور الأستثنائي الخارق للدستور العراقي ، وللتيارات الديمقراطية واليسارية ، وللحركة السياسية الكردية هو مصدر أمن ووحدة العراق ، وينبغي أن يكون كذلك ليلجم فضاحة المحنة التي تستبد به والتي لاتستنكف عن التفاقم ، لإتها ، بكل بساطة ، تختزل كل الهواجس التي أثرناها والتي تطبق بحنق وبغضاء شديدين وغيظ على أنفاس المنطقة برمتها . فأرض العراق ، كأرض لبنان ،التي هي ميدان اللعبة القذرة ما بين الأطراف الأقليمية ( سوريا وأيران ) ، والرأسمال المالي ، والتيار الصدري ، والتنظيمات الإرهابية ( القومية والأسلامية ) ، بأمس الحاجة إلى إعادة المصداقية إلى التاريخي لإنقاذ الجغرافي أولاً ، ولكي ينطلق مختبر الديمقراطية لامناص من أتمام المتطابقة ما بين الأثنين . الملاحظة الثالثة : جسامة المسوؤلية التاريخية الملقاة على كاهل المعارضة السورية ومدى سيطرة اللبس والغبن على مداركها ومساربها لإن المقدور والمحتوم عليها أعظم من طاقاتها الحالية . لذا تحديداً ، من الأولى إدراك الحيثيات المستنبطة من سردنا السابق . الحيثية الأولى : إن طبيعة ( النظام ) السوري لاتملك مقومات مفهومه حسب الفقه الدستوري لذلك أنعته بالزمرة الحاكمة . الحيثية الثانية : إن النظام قد أغترب في كل المجالات أغتراباً مطلقاً أبدياً ، وهذا ما يفضي بنا إلى النتائج التالية ، النتيجة الأولى : لقد إنعدمت كافة إمكانيات المصالحة معه ومع واقعه السلبي ، من هنا نستغرب مواقف التيار الديني وبعض الفئات في الحركة الكوردية مؤخراً . النتيجة الثانية : يتحتم على الأحزاب المنضوية تحت ما تسمى ( الجبهة الوطنية المزعومة ) أن تراجع مواقفها ، وإلا هي تقترف جريمة الخيانة العظمى بحق الشعب السوري . النتيجة الثالثة : إن التناقض الرئيسي في المختبر السوري الحالي إنحصر بالضرورة مابين الزمرة الحاكمة ، وسوريا قاطبة ( الشعب ، المجتمع ، الأرض ، الفرد ، المواطن ، الإقتصاد ، الكرامة ، العلم ، المعرفة ، المياه ، البترول ، الإنماء ، الحاضر ، المستقبل ، الماضي ، التاريخ ، الجغرافيا ..) . النتيجة الرابعة : لامفر ولاتملص من تغيير الزمرة الحاكمة بأسلوب حضاري مدني سلمي ، قواه الجماهير والتعبئة ، قوامها العصيان المدني . الحيثية الثالثة : إن التباين والأختلاف ما بين أطراف المعارضة يجب أن تدرك( بضم التاء ) حسب مفهوم التناقضات الثانوية حصراً ، والمفروض إرجاء حلولها النهائية إلى ما بعد التغيير ، إلى مرحلة التحرر الإجتماعي وفقاً لمعيار واحد فقط ألا وهو صناديق الإقتراع . لذلك لابد ، من جهة أولى ، من تأصيل جديد للمسألة الكوردية كونها وقائعية سورية تخص كل مواطن سوري على الإطلاق ( العرب ، الكورد ، الآشور ، السريان ) ، وإعادة القيم التاريخية إلى جسدها ، وإعتبارها مقدمات نظرية في التغيير الديمقراطي للزمرة الحاكمة في دمشق ، ومقدمات أولية في التحرر الإجتماعي ، ومقدمات تأسيسية لمختبر الديمقراطية . ومن جهة ثانية ، ( لابد ) من أغناء مفهوم القومية العربية على أساس وحدة – وحدة الحال – في وحدة الشروط الموضوعية ، في وحدة المصير ، في وحدة المعاناة والتحديات والطموحات والأماني ، في وحدة الأسباب والنتائج ، للأنتقال الحميد من مفهوم القومية الجغرافية إلى الجغرافية القومية لتجاوز محنة وأزمة البنى التحتية لتتشكل نواة قادرة على إيجاد تعاريف و صيغ عصرية لكثير من المفاهيم الراهنة . ومن جهة ثالثة ، ( لابد ) من إعادة الحياة إلى سوسيولوجية ، إقتصادية ، وجودية المجتمع السوري من خلال مشروع ومنهج تحيكهما خبراء ، مختصون ، محترفون في تلك الميادين ، وفي أصعدة متضافرة مكتملة . مشروع فكري شامل لايرتهن إلا للعلم والمنطق وخاصية وحدة المجتمع وخصوصية العناصر المنشئة لتلك الوحدة ، ومنهج لايركن إلا إلى قوة الجماهير وتعبئتها دون أن يلغي أي التقاء أو تقاطع على الساحة الإقليمية ، وعلى الساحة الدولية . قد يكون هذا طرح جديد لمفهوم الحوار ، لفحوى الديمقراطية ، لطبيعة العقد والتعاقد الإجتماعيين .

 

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>