OCTOBRE ET LE NEANT

Publié le par Mahi Ahmed

OCTOBRE ET LE NEANT

par K. Selim

 Octobre 1988 a vingt-cinq ans. Dans six mois seulement, il y aura des élections présidentielles - selon le calendrier officiel - et cela se discute, exclusivement, au sein du système. Même les animateurs périphériques de la fiction politique ne sont pas consultés et sont livrés à eux-mêmes. Cela se «concocte» loin des regards même si dans la presse on donne des « infos» censées éclairer les enjeux, suggérer un «conflit» et désigner des protagonistes.

En réalité, sans nier la réalité des «clans», c'est une partie qui se joue chez les actionnaires principaux du régime. Et chez eux seuls. Les Algériens, eux, ne sont pas concernés. Ce n'est pas leur choix, il faut le préciser. Depuis octobre 1988, les Algériens cherchent le changement mais ils n'arrivent pas à se doter des instruments pour le réaliser. Parfois, le système parvient à créer l'illusion qu'il y a des enjeux et que le «changement» est dans l'air. Mais le plus souvent, les Algériens observent que tous les instruments du changement pacifique sont neutralisés et qu'on les invite à accepter des ersatz de vie politique. Chez les animateurs agréés et… dans la presse. Un quart de siècle après Octobre 1988, la société algérienne a changé, le système est toujours là. Pratiquement intact avec ses mêmes ressorts, ses gaspillages, ses corruptions et ses inefficacités amplifiées.

Bien entendu, les apparences du changement sont aussi là : des partis, en surnombre, qu'on met parfois sur la scène publique comme un lâcher de faisans, des journaux et même des télévisions ! De quoi les Algériens se plaindraient-ils ? Après tout, Octobre 1988 a cessé d'être un complot depuis que la diplomatie algérienne le présente comme étant un «printemps algérien» accompli bien avant la vague tunisienne. De quoi «croire» le rapport de l'Onu sur le bonheur où l'Algérie n'est pas mal lotie, ce qui est rare dans les classements internationaux. On a de l'argent, le pouvoir veille et les Algériens ne veulent pas d'une nouvelle plongée dans les violences. Cela donne les ingrédients d'une stabilité illusoire.

Les tenants du régime trouveront une fois de plus, d'une manière ou d'une autre et sans se soucier du niveau alarmant de ceux qui ne votent plus et ne regardent plus les JT, le moyen de réduire le scrutin à un acte de confirmation. Exactement comme cela se passait dans une Algérie officiellement sous parti unique d'avant Octobre 1988. L'Algérie en tant que société a changé énormément en 25 ans. Elle a perdu une bonne partie de l'encadrement formé durant le premier quart de siècle de l'indépendance. Elle a connu une période d'affrontements et de traumatismes qu'on a choisi d'occulter au lieu de traiter. Elle a surtout un régime qui a tourné le dos jusqu'à l'idée d'une auto-réforme. On lui impose un surplace politique pour contrer une réforme nécessaire pour être dans son temps et changer un fonctionnement économique désastreux pour ne pas renoncer au développement.

LA NEUTRALISATION DES REFORMES A ETE TRES COUTEUSE. L'ALGERIE A PERDU UNE POPULATION DE CADRES, LA SOCIETE EST SANS CAP MELANT RENONCEMENT, INCIVISME, BIGOTERIE ET CYNISME. IL N'EXISTE PAS DE VIE POLITIQUE SERIEUSE ET COMPETITIVE QUI PERMET DE CADRER LES ENJEUX ET DE DEBATTRE DES OPTIONS D'AVENIR. TOUT SE DECIDE EN VASE CLOS AU SEIN DU REGIME. 25 ANS APRES OCTOBRE 1988, L'ALGERIE POLITIQUE EST FIGEE… DANGEREUSEMENT. LE PAYS QUI A DES POTENTIELS IMPORTANTS EST ENTRAVE ET ENCERCLE PAR UN REGIME TENDU UNIQUEMENT VERS SA PROPRE RECONDUCTION. UN REGIME OU L'ON NE VOIT AUCUN PERSONNAGE «ECLAIRE» COMPRENDRE, AVEC EFFROI ET UN GRAND SENTIMENT D'URGENCE NATIONALE, QU'IL FAUT CHANGER AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD !

 

Source: Le Quotidien d'Oran 5.10.13

Commenter cet article