Le Vice-Président Biden sur la politique de l'Asie-Pacifique, juin 2013

Publié le par Mahi Ahmed

Le Vice-Président Biden sur la politique de l'Asie-Pacifique, juin 2013

Texte original et traduction approximative en français

 

Vice President Biden on Asia-Pacific Policy, June 2013

Speaker: Joseph R. Biden Jr.
Published July 18, 2013

Vice President Biden on Asia-Pacific Policy, June 2013

Vice President Joe Biden spoke at George Washington University's Center for American Progress on July 18, 2013, to discuss the Obama administration's continued "elevated engagement in the Asia-Pacific," which is also often referred to as the U.S. pivot, or rebalance, to Asia.

Excerpt from his remarks:

"Our goal is to help tie Asia-Pacific nations together –- from India to the Americas -— through strong alliances, institutions and partnerships.

For the past 60 years, the security we provided has enabled the region's people to turn their talents and hard work into an economic miracle. And now, we want to hasten the emergence of an Asian-Pacific order that delivers security and prosperity for all the nations involved.

In short, we want to help lead in creating the 21st century rules of the road that will benefit not only the United States, and the region, but the world as a whole. The lifeblood of the region, to state the obvious, is economic development. But growth has slowed in India, China and many places in Asia. And each country faces distinct and different challenges.

But from our perspective, the way forward is fairly clear. To spark new growth, there has to be: fewer barriers at and behind our borders; protections for intellectual property to reward innovation; new commitments to make sure everyone plays by the same rules because that's what attracts investment and jobs; as well as greater economic integration.

That's what we're pursuing right now, today in Malaysia as our team negotiates the Trans-Pacific Partnership with countries as diverse as Vietnam, Chile, New Zealand, Mexico, very soon, Japan, and at which point the group will account for 40% of the world's GDP.

The TPP has potential to set new standards for collective commitments to fair competition -- on state-owned enterprises, fair competition on investments, labor, the environment, open markets for automobiles and other industries.

And we firmly believe this will create a strong incentive for other nations to raise their standards, as well, so that they can join. We've already had discussions with some of those very nations both in the Americas as well as in the Pacific.

But not only is this ambitious, this TPP effort of ours, we believe it is also doable. And we're working hard to get this done this year.

At the same time, we're reaching out to the emerging economies of Southeast Asia: partnering with Lower Mekong countries to improve food security, connectivity, water and health; encouraging responsible investments and reforms in Burma; and last fall, the President launched a new initiative for Enhanced Economic Engagement with the ASEAN.

We are addressing the challenges in our economic relationships with China as well. They are not at all inconsistent. We do not view our relationship and future relations with China in terms of conflict or the talk of inevitable conflict. We view it in terms of a healthy mix of competition and cooperation. A competition that we welcome. It's stamped into our DNA. We like to compete. Competition is good for both of us, as long as the game is fair.

It is clear that the Chinese understand that to reverse their declining growth, there are internal reforms they need to make -- not reforms we're suggesting they have to make. They've made their own judgment -- judgments if they follow through on them will not only help China in our view, but help the region and the world. They've concluded China needs to shift to a more consumer-driven economy. They've concluded they have to create a market-based, well-regulated financial system. And they've concluded they need to liberalize their exchange rates. It will be difficult. It's difficult internally for them to do that, but I'm convinced they believe -- and we clearly do -- that it's necessary.

And we are engaging directly with India as it makes some fundamental choices that the Ambassador could speak to more directly than I could about its own economic future.

In the last 13 years, we've increased fivefold our bilateral trade, reaching nearly $100 billion. But if you look at it from a distance, an uninformed person looked at it from a distance, there is no reason, that if our countries make the right choices, trade cannot grow fivefold or more.

Just this week, India announced that it will relax caps on foreign direct investment in certain sectors. We still have a lot of work to do on a wide range of issues, including the civil nuclear cooperation, a bilateral investment treaty, policies protecting innovation. There's a lot of work to do. But we believe doing -- going with an open mind and listening, as well as making our case, we believe it can be done.

As we all strive for greater growth, we have to recognize that the impact of climate change also has an impact on growth as well as security. This is a priority for the President and for me. America now has the lowest level of carbon emission in two decades. And we're determined to move further, and in the process where we can, where our technological capability is available, also help other countries do the same.

That's why we're working with ASEAN to promote investment in clean energy; why we're helping Pacific island nations mitigate the effects of rising sea levels. They are rising. We just concluded an agreement with China to reduce the use of pollutants called HFCs that cause climate change. And there's no reason we cannot do more with India as well. That's why Secretary Kerry agreed to an enhanced dialogue with India on climate change just last month.

Look, economic growth may be at the core of all we're saying. Economic growth critically depends on peace and stability. That's why we have to be -- there have to be 21st century rules of the road not only in the economic sphere, but also with regard to security.

With regard to maritime disputes, it's critical that all nations have a clear understanding of what constitutes acceptable international behavior. That means no intimidation, no coercion, no aggression, and a commitment from all parties to reduce the risk of mistake and miscalculation.

My dad, God love him, used to have an expression. He'd say, Joey, the only war that's worse than one that's intended is one that is unintended. The prospects where they're so close -- cheek-to-jowl -- for mistakes are real. So it's in everyone's interest that there be freedom of navigation, unimpeded lawful commerce, respect for international laws and norms, and peaceful resolution of territorial disputes.

That's why I encourage China and ASEAN to work even more quickly to reach an agreement on a code of conduct in the South China Sea. Setting clear rules is the first step to managing these disputes. And the U.S. has a strong interest in seeing that happen as well.

With regard to North Korea, the one thing I think everyone now agrees on -- we agree that its nuclear and missile programs present a clear and present danger to stability in the area, in East Asia in particular. That's why we're working closely with our allies, Japan and South Korea. But we're also working more closely than the 40 years I've been engaged with China and with Russia.

In light of North Korea's recent provocative behavior, we welcome President Xi's important statement: achieving a denuclearized Korean Peninsula, as that being a Chinese priority. Not just something they wish for, but a priority. We welcome that firm assertion.

Now, North Korea is calling for dialogue. As my mother would say, I've seen this movie before. (Laughter.) We've been there before. But we are ready. We are ready, but only if North Korea is prepared to engage in genuine negotiations. We will not countenance North Korea's pattern of provoking a crisis and then insisting they be rewarded in order to cease and desist from the actions they are taking. We've been there before, only to find that once they're gotten the space or the aid they need, they return to the same provocative, dangerous behavior and continue their nuclear march.

North Korea can have peace and prosperity like the rest of the region, but only without nuclear weapons. North Korea has a clear choice: It can choose a better path for its people, or continue down the road they're on.

Make no mistake about it, though. We are open to engaging with any nation that's prepared to live up to its international obligations. That's what we did in Burma. And I think most would say we're already seeing some tangible benefits from that engagement.

So we've got a full agenda ahead of us in Asia. And we're committed to seeing it through. But as I travel around the world, and I'm heading to India -- I'm about to cross the 700,000-mile barrier since Vice President, not counting the previous 36 years -- but I hear questions wherever I go, questions in Asia about whether we're truly committed to this rebalance. I've also heard questions in my recent trips to Europe, with European leaders, about whether or not we're going to be leaving Europe behind.

It should be clear on its face, we're not leaving Europe. I recently spoke to the European nations, NATO members and EU members, in Munich. And I said that Europe remains "the cornerstone of our engagement with the rest of the world." That is a fact. We're not going anywhere.

As a matter of fact, we're absolutely convinced that our engagement in the Pacific is in the overwhelming self-interest of Europe. We're convinced the combination of new transatlantic economic agreements that we're now negotiating and the Trans-Pacific Partnership I've discussed, they reinforce one another. They are not at odds with one another. Together, they're designed to update and strengthen the global economic rules of the world in the 21st century.

Europe, just like us, will benefit greatly as well from stability in the Pacific, in Asia. And by the way, there is no reason why we cannot bring greater focus to the Asia-Pacific and keep our eye on the ball in the Middle East. Folks, that's what big powers do. To use the vernacular, we can walk and chew gum at the same time. That's what big powers do.

And there is no evidence that we are taking our eye off the ball -- as we should [sic] in the Middle East, leaving Europe or not intending on following through on our rebalance in the Asia-Pacific area.

Folks, we're better positioned than any time before to be able to do it all. I know you'll think it sounds like a campaign assertion I've been making for years, but America is back. When I was last in China, as I pointed out to the Chinese leadership, it's never, never, never been a good bet to bet against America. The resiliency of the American people and the nature of our system -- America is back."

Traduction

Le Vice-Président Biden sur la politique de l'Asie-Pacifique, juin 2013

Conférencier : Joseph R. Biden Jr.
Publié le 18 juillet 2013

 

Discours

Vice-Président Biden sur la politique de l'Asie-Pacifique, juin 2013

Parle du vice-président Joe Biden de l'Université George Washington Center for American Progress sur 18 juillet 2013, afin de discuter de l'administration Obama a continué « engagement élevé en Asie-Pacifique,"qui est aussi souvent considéré comme le pivot US, ou ré-équilibrez, vers l'Asie.

Extrait de ses remarques :

"Notre objectif est d'aider à nouer des nations de l'Asie-Pacifique – - de l'Inde aux Amériques-— par le biais des alliances fortes, les institutions et les partenariats.

Depuis 60 ans, la sécurité, que nous avons fourni a permis à des habitants de la région mettre leurs talents et leurs efforts dans un miracle économique. Et maintenant, nous voulons accélérer l'émergence d'un ordre de l'Asian-Pacific assurant la sécurité et la prospérité pour toutes les nations impliquées.

En bref, nous voulons aider le plomb dans la création de la 21 st century rules of the road qui profitera non seulement aux États-Unis et la région, mais le monde entier. Les forces vives de la région, à l'évidence, sont le développement économique. Mais la croissance s'est ralentie dans beaucoup d'endroits en Asie, la Chine et l'Inde. Et chaque pays doit relever des défis distincts et différents.

Mais de notre point de vue, la marche à suivre est assez claire. De susciter de nouvelles pousses, il doit y avoir : moins de barrières à et derrière nos frontières ; mesures de protection de la propriété intellectuelle de récompenser l'innovation ; nouveaux engagements pour s'assurer que tout le monde joue avec les mêmes règles, parce que c'est ce qui attire les investissements et l'emploi ; ainsi qu'une plus grande intégration économique.

C'est ce que nous allons poursuivre dès maintenant, aujourd'hui en Malaisie comme notre équipe négocie le Partenariat transpacifique avec des pays aussi divers que le Vietnam, Chili, Nouvelle-Zélande, Mexique, très bientôt, le Japon et à quel point le groupe sera représentent 40 % du PIB mondial.

Le PPT a potentiel pour établir de nouvelles normes pour les engagements collectifs à une concurrence loyale--sur les entreprises publiques, une concurrence équitable sur les investissements, labor, l'environnement, l'ouverture des marchés pour les automobiles et autres industries.

Et nous sommes convaincus que cela va créer une forte incitation pour les autres nations à élever leur niveau, aussi bien, afin qu'ils puissent rejoindre. Nous avons déjà eu des discussions avec certains de ces pays très tant dans les Amériques, ainsi que dans le Pacifique.

Mais n'est pas seulement cet ambitieux, cet effort de PPT de la nôtre, nous croyons que c'est également faisable. Et nous travaillons dur pour y parvenir cette année.

Dans le même temps, nous allons aller vers les économies émergentes d'Asie du sud-est : en partenariat avec les pays bas Mékong pour améliorer la sécurité alimentaire, de connectivité, de l'eau et de santé ; encourager les investissements responsables et réformes en Birmanie ; et l'automne dernier, le Président a lancé une nouvelle initiative pour Engagement économique renforcé avec l'ASEAN.

Nous abordons les problèmes dans nos relations économiques avec la Chine aussi bien. Elles ne sont nullement incompatibles. Nous ne considérons pas notre relation et les relations futures avec la Chine en termes de conflit ou de l'entretien du conflit inévitable. Nous considérons en ce qui concerne un bon mélange de compétition et de coopération. Une compétition que nous accueillons. Il est estampillé dans notre ADN. Nous aimons faire concurrence. La concurrence est bonne pour nous deux, tant que le jeu est équitable.

Il est clair que les chinois comprennent qu'il y a des réformes internes dont ils ont besoin de faire--pour inverser leur croissance baisse, pas les réformes nous proposons qu'ils doivent faire. Ils ont fait leur propre jugement--jugements si elles suivent à travers leur seront non seulement aider la Chine à notre avis, mais aider la région et dans le monde. Ils ont conclu que la Chine doit passer à une économie davantage axée sur le consommateur. Ils ont conclu qu'ils doivent créer un système financier fondé sur le marché réglementé. Et ils ont conclu qu'ils doivent libéraliser leurs taux de change. Il sera difficile. Il est difficile en interne pour eux de le faire, mais je suis convaincu qu'ils le croient--et nous faisons clairement--qu'il est nécessaire.

Et on s'engage directement avec l'Inde car il fait des choix fondamentaux que l'Ambassadeur pouvait parler plus directement que je pouvais sur son avenir économique.

Au cours des 13 dernières années, nous avons augmenté cinq fois nos échanges bilatéraux, pour atteindre près de 100 milliards $. Mais si vous le regardez de loin, une personne non informée le regarda de loin, il n'y a pas de raison, que si notre pays faire les bons choix, le commerce ne peuvent pas cultiver cinq fois ou plus.

Cette semaine, l'Inde a annoncé qu'il détendra les capuchons sur les investissements directs étrangers dans certains secteurs. Nous avons encore beaucoup de travail à faire sur un large éventail de questions, y compris la coopération nucléaire civile, un traité bilatéral d'investissement, politiques de protection de l'innovation. Il y a beaucoup de travail à faire. Mais nous pensons faire--aller avec un esprit ouvert et à l'écoute, ainsi que de faire de notre cas, nous croyons que c'est possible.

Comme nous nous efforçons tous pour une plus grande croissance, il faut reconnaître que l'impact du changement climatique a également un impact sur la croissance mais aussi de sécurité. Il s'agit d'une priorité pour le Président et moi. L'Amérique a maintenant le niveau d'émission de carbone au cours des deux décennies. Et nous sommes déterminés à aller plus loin et dans le processus où nous le pouvons, où notre capacité technologique est disponible, aussi aider d'autres pays font de même.

C'est pourquoi nous travaillons en collaboration avec l'ASEAN pour promouvoir l'investissement dans l'énergie propre ; pourquoi nous aidons les pays insulaires du Pacifique atténuent les effets de la montée des eaux. Ils sont à la hausse. Seulement, nous avons conclu un accord avec la Chine pour réduire l'utilisation de polluants appelé HFC qui causent les changements climatiques. Et il n'y a aucune raison que nous ne pouvons pas faire davantage avec l'Inde aussi bien. C'est pourquoi Secrétaire Kerry a accepté pour un dialogue renforcé avec l'Inde sur les changements climatiques le mois dernier.

Regardez, la croissance économique peut être au cœur de tous que nous disons. La croissance économique dépend critique de paix et de stabilité. C'est pourquoi nous devons être--il doit exister des XXIe siècle code de la route, non seulement dans le domaine économique, mais aussi en matière de sécurité.

En ce qui concerne les différends maritimes, il est essentiel que toutes les nations ont une claire compréhension de ce qui constitue un comportement acceptable international. Cela signifie aucune intimidation, aucune contrainte, aucune agression et un engagement de toutes les parties pour réduire le risque d'erreur et l'erreur de calcul.

Mon père, Dieu lui, l'habitude d'avoir une expression d'amour. Il disait : Joey, la seule guerre c'est pire que celui qui est prévu est celui qui est involontaire. Les perspectives où ils sont si proches--joue-à-gorge--pour les fautes sont réels. Ainsi en est-il dans l'intérêt de tous qu'il y a liberté de navigation, le commerce licite sans entrave, respect des lois internationales et des normes, règlement pacifique des différends territoriaux.

C'est pourquoi j'encourage la Chine et l'ASEAN à travailler encore plus rapidement pour parvenir à un accord sur un code de conduite en mer de Chine méridionale. Définir des règles claires est la première étape pour gérer ces conflits. Et les Etats-Unis ont un fort intérêt à voir qui se produisent aussi bien.

En ce qui concerne la Corée du Nord, la seule chose que je pense maintenant que chacun s'accorde sur--nous sommes d'accord que ses programmes nucléaires et de missiles présentent un danger clair et présent pour la stabilité dans la région, l'Asie en particulier. C'est pourquoi nous travaillons en étroite collaboration avec nos alliés, le Japon et la Corée du Sud. Mais nous y travaillons également plus étroitement que les 40 années que j'ai été engagé avec la Chine et la Russie.

Compte tenu du comportement provocateur récent de la Corée du Nord, nous nous félicitons de la déclaration importante du Président Xi : parvenir à une péninsule coréenne dénucléarisée, comme ce étant une priorité chinoise. Pas juste quelque chose qu'ils souhaitent, mais une priorité. Nous nous félicitons de cette affirmation ferme.

Maintenant, la Corée du Nord appelle au dialogue. Comme disait ma mère, j'ai vu ce film avant. (Rires). Nous avons été là avant. Mais nous sommes prêts. Nous sommes prêts, mais seulement si la Corée du nord est prête à s'engager dans véritables négociations. Nous ne seront pas cautionner modèle nord-coréen de provoquer une crise et insistant puis ils récompensés afin de cesser des actions qu'ils prennent. Nous avons été là avant, pour constater qu'une fois qu'ils sont obtenu l'espace ou l'aide que dont ils ont besoin, ils retournent au même provocateur, comportements dangereux et poursuivent leur marche nucléaire.

Corée du Nord peut avoir la paix et la prospérité, comme le reste de la région, mais seulement sans armes nucléaires. La Corée du Nord a un choix clair : il peut choisir une voie meilleure pour son peuple, ou continuer sur la route, ils sont sur.

Ne vous méprenez pas à ce sujet, cependant. Nous sommes ouverts à s'engager avec n'importe quelle nation qui a disposé à respecter ses obligations internationales. C'est ce que nous faisions en Birmanie. Et je pense que la plupart dirait nous voyons déjà que certains avantages tangibles de cet engagement.

Donc, nous avons un ordre du jour chargé qui nous attend en Asie. Et nous nous engageons à le voir à travers. Mais comme je voyage autour du monde et je me dirige vers l'Inde--je suis sur le point de franchir la barrière de 700 000 milles depuis le Vice-Président, sans compter les 36 années précédentes--mais j'entends des questions partout où je vais, questions en Asie sur la question de savoir si nous nous engageons réellement à ce rééquilibrage. J'ai aussi entendu questions dans mes récents voyages en Europe, avec des dirigeants européens, sur si oui ou non nous allons quitter l'Europe.

Il devrait être clair à première vue, nous ne partons pas l'Europe. J'ai récemment discuté avec les nations européennes, les membres de l'OTAN et les membres de l'UE, à Munich. Et j'ai dit que l'Europe reste « la pierre angulaire de notre engagement avec le reste du monde. » C'est un fait. Nous n'allons pas n'importe où.

En fait, nous sommes absolument convaincus que notre engagement dans le Pacifique est dans l'intérêt écrasante de l'Europe. Nous sommes convaincus la combinaison des accords économiques transatlantiques nouvelles que nous sommes maintenant en train de négocier, et j'ai discuté de la Trans-Pacific Partnership, ils renforcent mutuellement. Ils ne sont pas en contradiction avec un de l'autre. Ensemble, ils sont conçus pour mettre à jour et renforcer les règles économiques mondiales du monde au XXIe siècle.

Europe, tout comme nous, bénéficieront grandement aussi bien de la stabilité dans le Pacifique, en Asie. Et d'ailleurs, il n'y a aucune raison pourquoi nous ne pouvons mettre davantage l'accent de la région Asie-Pacifique et garder nos yeux sur la balle au Moyen-Orient. Gens, c'est ce que faire les grandes puissances. Pour utiliser la langue vernaculaire, nous pouvons marcher et mâcher du chewing-gum en même temps. C'est ce qui font les grandes puissances.

Et il n'y a aucune preuve que nous sommes en tenant notre œil la balle--comme nous doivent [sic] au Moyen-Orient, quittent l'Europe ou ne pas l'intention de suite sur notre rééquilibrage dans la zone Asie-Pacifique.

Les gens, nous sommes mieux positionnés que n'importe quel moment avant de pouvoir tout faire. Je sais que vous pensez que ça sonne comme une assertion de campagne que j'ai fait pendant des années, mais l'Amérique est de retour. Quand j'étais enfin en Chine, comme je l'ai indiqué aux dirigeants chinois, il a jamais, jamais, jamais été un bon pari pour pari contre l'Amérique. La résilience du peuple américain et la nature de notre système--Amérique est de retour."

http://www.microsofttranslator.com/bv.aspx?from=&to=fr&a=http%3a%2f%2fwww.cfr.org%2fasia-and-pacific%2fvice-president-biden-asia-pacific-policy-june-2013%2fp31125%3fcid%3drss-fullfeed-vice_president_biden_on_asia_p-071813%26utm_source%3dfeedburner%26utm_medium%3dfeed%26utm_campaign%3dFeed%253A%2bcfr_main%2b%2528CFR.org%2b-%2bMain%2bSite%2bFeed%2529

Commenter cet article