LE LOURD POIDS DU VINGTIÉME SIÉCLE

Publié le par Mahi Ahmed

LE LOURD POIDS DU VINGTIÉME SIÉCLE

 

Par Mahi Ahmed

Ancien membre de la direction du PAGS

Le vingtième  siècle a été, en effet, en essayant de synthétiser :

  • ·         le siècle  de la révolution russe d’octobre 1917 qui a été mûrie par une histoire religieuse , impériale et capitaliste lourdement chargée de sang et d’injustice sociale , une révolution qui a « ébranlé le monde », avec ce qu’elle a induit comme possibilité d’un système économique et social et même culturel alternatif au système capitaliste dominant ;
  • ·         le siècle  de la première et de la deuxième guerre mondiale, initiées par  l’impérialisme mondial, particulièrement germanique, arrivé à un certain stade de son développement et voulant imposer, par le recours à la force et à l’extermination de peuples entiers, ses velléités d’expansion et de domination planétaire ;
  • ·         le siècle de la défaite mondiale des forces militaires et des pouvoirs fascistes, notamment celui d’Hitler par une alliance internationale des Etats et des peuples ayant su surmonter, pour une période, les clivages idéologiques pour défendre et assurer la survie de l’humanité et donner à la paix mondiale sa valeur et sa stabilité stratégiques ; mais c’était aussi le siècle de l’utilisation par les USA de l’arme nucléaire et du développement et du déploiement planétaire de ses arsenaux diversifiés en nature et en puissance de feu et de destruction ;
  • ·         Le siècle de la mise en place d’un réseau de dictatures militaires fascisantes en Europe comme en Grèce, en Espagne ou au Portugal, en Amérique latine comme au Brésil, en Argentine, au Chili et ailleurs, en Asie comme en Indonésie, aux Philippines etc. Un tel réseau devait contrecarrer le mouvement du spectre communiste en marche et assurer la sécurité de l’occident.
  • ·         le siècle où le capitalisme développé, au sommet de sa puissance et de ses crises, a su élaboré et mettre en œuvre de réelles capacités d’adaptations en aiguisant la férocité de sa nature exploiteuse de la force de travail dans ses différentes formes et ses capacités  de développement et d’exploitation du progrès technique, technologique et scientifique.
  • ·         Le siècle de l’émergence de forces sociales et politiques puissantes et organisées, dans les pays alors développés mais aussi dans les territoires des empires coloniaux. De telles forces étaient essentiellement nationales, républicaines, démocratiques, de progrès et issues ou rattachées à la classe ouvrière et à la paysannerie laborieuse. Elles ont constitué les plus forts bataillons dans les luttes anti-impérialistes, dans les farouches résistances antifascistes, pour la paix, pour les conquêtes démocratiques et sociales les plus larges. Elles ont été à la base de conquêtes sociales et culturelles historiques qui ont humanisé et démocratisé, un tant soi peu, les rapports de production, qui ont renforcé les positions et l’efficience de l’action des organisations syndicales, qui ont aussi favorisé la mise en œuvre de réformes économiques et sociales telles celles élaborées par Keynes au lendemain de la deuxième guerre mondiale.
  • ·         Le siècle de la formation, dans les empires coloniaux, de mouvements nationaux modernes, initiant, sous des formes diverses, de réels et longs processus de décolonisation, recourant le plus souvent à de véritables et longues guerres de libération nationale, comme c’était le cas, de façon exemplaire, en Algérie ou au Vietnam. Les années soixante et soixante-dix de ce siècle ont consacré, dans une large mesure le processus de décolonisation, la dislocation des empires coloniaux, la formation de nouveaux Etats-nation influencés par les recompositions géostratégiques en cours avec la mise en place, en gros de deux grands blocs, idéologiquement, économiquement, socialement, culturellement et militairement antagoniques.
  • ·         Le siècle de l’extension et de l’intensification des luttes idéologiques dans un monde marqué d’une part par la constitution de l’URSS comme puissance politique, économique, culturelle et surtout militaire ; par l’émergence du système socialiste mondial couvrant d’importants territoires de l’Europe centrale, de l’Asie et même des Caraïbes ,d’autre part par un aiguisement accéléré du caractère impérialiste du système capitaliste créant de puissants instruments et moyens économiques, politiques, militaires pour assurer son hégémonie planétaire comme, entre autres, le plan Marshall qui a, entre autre rendu à l’Allemagne occidentale sa puissance économique, son rôle stratégique et militaire dans l’alliance atlantique, la BIRD et le FMI, l’OCDE, l’ONU, l’OTAN, le système mondial de bases militaires intégrées et de plateformes d’écoute et du renseignement.
  • ·         Le siècle d’une implacable guerre froide, souvent échauffée dans certaines régions du monde particulièrement sensibles, entre les deux systèmes sociaux dominants, soumettant l’humanité à un dangereux équilibre de la terreur puisque fondé sur la puissance de la première frappe et sur les armes nucléaires toujours plus sophistiquées et plus massivement meurtrières.
  • ·         Le siècle, aussi, d’un développement prodigieux des sciences, des techniques, des technologies, des connaissances et du savoir en général. L’organisation et le management du travail et des entreprises y ont fait des pas de géants, renforçant le développement de l’accélération de la productivité, de la valeur ajoutée individuelle et des collectifs donnant naissance à de nouvelles stratégies de restructurations spatiales ,technologiques, de filières, financières, de regroupements multinationaux et transnationaux engageant subrepticement les processus et les dynamiques lourdes de ce qu’on appelle désormais la mondialisation ;
  • ·         Le siècle, surtout, de la dislocation et de la disparition de l’URSS et du système socialiste mondial que d’aucuns prétendus historiens, comme Francis Fukuyama, ou d’intellectuels autoproclamés au service d’officines diverses, ont qualifiée légèrement et hâtivement de « fin de l’histoire ». Ce faisant, ils font fi, pour leurs intérêts, de l’histoire des faiseurs réels de l’histoire que sont les sociétés et les nations sur la base de l’évolution et des transformations des rapports sociaux de production et d’échanges qu’entretiennent entre elles les différentes classes et couchent sociales qui les composent. Ce sont ces artisans directs de l’histoire qui, directement ou indirectement, consciemment ou non, mais en tous les cas en partant de « leur processus de vie réel » et dans leur résultante générale, ont favorisé en définitif une telle dislocation et une telle disparition sans pour autant donner une nature plus humaine ou plus libératrice au système capitaliste dominant et encore à la première puissance qui le représente. L’analyse approfondie et circonstanciée des évolutions historiques du début et de la fin du vingtième siècle qui ont rapport avec le socialisme comme Etats, nations et système social, doit être entreprise par les spécialistes mais aussi par les différends acteurs avec un sens aigu de la critique et de l’autocritique scientifiques voire objectives. Cependant le constat de la nouvelle configuration du monde et des dynamiques qu’elle provoque doit être considéré comme un facteur historique majeur modulant fortement les enjeux stratégiques en modifiant les rapports de forces réels et en donnant lieu à des recompositions des espaces géostratégiques.
  • ·         Le siècle, enfin, où, au cours de ses deux ou trois dernières décennies, sont apparues, à l’échelle de notre planète,  certaines limites liées à la nature réelle et inchangée du système capitaliste et aux acceptions utilitaristes, données au fil des phases par lesquelles il a dû passer, aux valeurs de la civilisation qu’il est sensé représenter et réaliser. Il s’agit avant tout des limites manifestées par un marché et une concurrence, débridés à l’extrême, modulant à l’envie la nature et la forme de l’Etat servant d’abord leurs intérêts immédiats et lointains, massifiant la pauvreté et l’exclusion sociales, déshumanisant l’humain, compressant à l’infini toute action à un processus digitalisé, voire robotisé. Il s’agit aussi des limites liées à l’épuisement accéléré des ressources minières et à la rareté de nouvelles découvertes majeures et accessibles comme pour ce concerne les hydrocarbures et les ressources énergétiques en général. Il s’agit également des limites se rapportant au dérèglement des écosystèmes et à la problématique des causes humaines et industrielles de l’alarmant réchauffement climatique. Il s’agit en outre des limites liées aux nouvelles pandémies qui menacent dangereusement d’importants segments de populations et qui se rapportent au modèle « macdonaldisé » de consommation et de civilisation prétendument mondialisée. Il s’agit enfin des limites se rapportant à l’humanisme et à la démocratie de l’occident issu de la révolution américaine et des lumières ou de l’Aufklärung. De telles limites marquent le quotidien des pays développés, les rapports de ses derniers au cours des processus de reconfiguration géostratégiques qu’ils ont engagés pour forger leur facteur de pondération dans les rapports de forces entre les pôles dominants qui se construisent au fil des évolutions de la mondialisation.

De telles caractéristiques et évolutions du siècle dernier ont laissé leurs empreintes sur les choix des voies de développement et la construction de l’Etat et de la nation dans des pays comme l’Algérie. Le déclenchement de la révolution de novembre 1954 a été un impératif incontournable, produit d’un long processus de luttes politiques et sociales sévères contre la domination et l’exploitation coloniales. Une telle révolution s’inscrivait, de fait, dans l’irrésistible mouvement mondial d’émancipation, de libération nationale et de progrès. Par sa consistance nationaliste et révolutionnaire et la forme radicalisée, que la férocité du colonialisme et les solidarités occidentales de classe qui  étaient acquises à ce dernier, l’ont contrainte à prendre, elle est devenue un puissant facteur inducteur du mouvement international de libération nationale et des institutions organisées auxquelles il a donné naissance comme le mouvement des non-alignés, la tricontinentale etc.

L’indépendance nationale, arrachée à l’occupant et d’une certaine manière à ses alliés stratégiques impérialistes, a modifié sensiblement la structure des rapports de forces mondiaux. Elle a accéléré le processus des indépendances nationales et de l’avènement de nouveaux Etats Nations.

Aussi, l’évaluation objective du réel mondial de l’époque et des processus de long terme qui le travaillaient et lui donnaient forme, ne pouvait être faite indépendamment du paradigme de la libération nationale et sociale et du socialisme. Ce dernier déterminait, en quelque sorte, la nature des pouvoirs, les orientations générales des choix économiques et sociaux ainsi que des rapports internationaux.

C’est ainsi que les instances dirigeantes algériennes, issues de la guerre de libération nationale,  ont mis au point, non sans luttes internes acerbes, les orientations et les choix fondamentaux inscrits par exemple dans le programme de Tripoli, dans la charte nationale de 1964 et qui découlaient, avec une marque nationale sinon nationaliste, de ce paradigme de la libération nationale et sociale et du socialisme. L’Algérie entendait ainsi se placer dans une orientation socialiste. Nous ne voulons pas, dans cette contribution, nous lancer dans un examen circonstancié, voire approfondi, des choix fondamentaux de notre pays à la lumière des processus réels qui ont été à la base des évolutions, principalement au cours de la deuxième moitié du vingtième siècle. Un tel examen doit être fait. Mais il doit l’être à la lumière d’une intelligibilité rigoureuse des contradictions fondamentales, principales et secondaires qui déterminaient, dans une large mesure les développements de l’époque. C’est ainsi, par exemple, que nous ne pourrons pas comprendre objectivement la crise profonde qui frappe notre société si nous ne procédons pas à une analyse critique et autocritique du modèle de construction du socialisme tel qu’il a été mis en œuvre en URSS et dans les autres pays socialistes et des voies théoriques qui ont été développées pour des pays comme l’Algérie comme la révolution nationale démocratique (RND), la voie non capitaliste de développement (VNC), la démocratie révolutionnaire (DR), l’orientation socialiste etc.

C’est ainsi que nous devons aussi procéder à une analyse plus rigoureuse et surtout plus objective du réel du capitalisme à l’échelle internationale, dans notre région et dans notre pays ainsi que des dynamiques majeurs qui le portaient.

Mais si les efforts multidisciplinaires à fournir pour comprendre les racines et la portée de notre crise sont nécessaires, utiles et urgents, il reste que nous devons faire face au réel tel qu’il se présente actuellement à nous et surtout , en prenant la mesure de ce réel, de tout entreprendre pour construire les bases nous permettant de refonder notre Etat , notre système de pouvoir pour édifier solidement la République en faisant face hardiment aux défis majeurs de notre temps dûment repérés.

 

Commenter cet article