INTERMEDIAIRE «SERIEUX» ?

Publié le par Mahi Ahmed

INTERMEDIAIRE «SERIEUX» ?

par M. Saadoune

La machine diplomatique des Etats-Unis a fonctionné à plein régime. Les Palestiniens n'ont pas pu s'assurer des 9 voix nécessaires sur les 15 membres du Conseil de sécurité pour faire examiner leur demande d'adhésion. Washington sera obligé de faire usage de son veto. Mais il ne faut pas se payer de mots : les Américains l'ont exercé ce veto en mettant la pression sur des pays comme la Bosnie et la Colombie. Cette pression américaine était prévisible. Barack Obama ne cache plus que son seul souci est de ne pas déplaire à l'Aipac et aux autres lobbies israéliens.

 Que reste-t-il à faire pour les Palestiniens? D'abord dire clairement que les Etats-Unis ne cherchent pas une solution juste au conflit mais qu'ils sont au service exclusif des intérêts d'Israël. C'est évident, bien entendu, pour l'écrasante majorité des Palestiniens. Mais ils aimeraient enfin l'entendre dire par ceux qui, depuis plus de quinze ans, négocient pour négocier alors qu'Israël continue, avec le soutien financier des Américains et des Occidentaux en général, de coloniser et de mener une politique de purification ethno-religieuse. Sur cette question, les propos de Mahmoud Abbas en direction de l'administration américaine ne sont guère rassurants et pourraient être annonciateurs d'un retour à la funeste comédie de la fausse négociation et du vrai marché de dupes.

 Le président de l'Autorité palestinienne a peut-être de bonnes raisons de refuser de dissoudre cette dernière - d'autres ont des avis différents qui ne manquent pas de pertinence - mais il se fourvoie en demandant aux Etats-Unis d'être «plus sérieux dans leur rôle d'intermédiaire entre nous (les Palestiniens) et les Israéliens». En réalité, les Américains n'ont eu de cesse de le démontrer depuis des décennies : ils sont «très sérieux» dans le soutien à tout ce que fait Israël. Objectivement, et des politologues l'ont démontré en se faisant crucifier par les lobbies israéliens, les intérêts bien compris des Etats-Unis ne justifient pas la politique qu'ils mènent au Proche-Orient. Cette politique est en fait fabriquée par les lobbies qui sont très puissants à Washington. L'exercice de Barack Obama en est une illustration parfaite. Après des discours bien intentionnés vagues, il s'est risqué enfin à une demande pratique de bon sens, l'arrêt de la colonisation. Il a rapidement fait retraite en battant sa coulpe. Désormais, son seul souci est de faire oublier qu'il avait osé, à un moment donné, demander à Israël de geler la colonisation. Et n'en doutons pas, il le fait très sérieusement. Il a déjà puni l'Unesco pour avoir admis la Palestine dans ses rangs. Il a sûrement exercé sérieusement des pressions sur des petits pays comme la Bosnie pour la contraindre à l'abstention.

 Non, c'est à M. Mahmoud Abbas d'être sérieux dans son appréciation du rôle des Américains. Ils ne peuvent pas être des «intermédiaires », ils sont partie prenante. Ils sont du côté d'Israël. Il faut donc être sérieux dans la démarche de rétablissement de l'unité des rangs palestiniens. Il faut être sérieux et refuser des négociations sans but. Il faut demander à la Ligue arabe qui cherche, et c'est tant mieux, à devenir «sérieuse» face au régime syrien, à l'être également sur le dossier palestinien.


http://www.lequotidien-oran.com/?news=5160377



 

Publié dans Choix d'articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article