EDUCATION NATIONALE

Publié le par Mahi Ahmed

EDUCATION NATIONALE
Les syndicats menacent d’une grève générale
14 Octobre 2009 - Page : 2
Lu 237 fois 

Les enseignants exigent, entre autres, le paiement de l’heure supplémentaire et la réduction du volume horaire de travail.

Les membres du bureau national du Syndicat national autonome des professionnels de l’enseignement secondaire et technique (Snapest) menacent d’une grève générale à l’image de celle de l’année 2003. Motif: ils dénoncent le rejet, sur instruction du chef du gouvernement, de leur demande portant sur le calcul, de façon rétroactive, de leurs primes et indemnités à compter du 1er janvier 2008. «Cette instruction va à l’encontre de l’article 22 du décret présidentiel n°304/07 du 29/06/2007», lit-on dans un communiqué parvenu hier à notre rédaction. «En réponse à l’invitation du ministère de l’Education nationale», poursuit la même source, «le bureau national du Syndicat national autonome des professionnels de l’enseignement secondaire et technique (Snapest) s’est réuni avec les cadres de la tutelle sous l’égide du secrétaire général du même département ministériel, lundi dernier à Alger.» Les participants à ladite réunion ont abordé deux points essentiels, en l’occurrence, le régime des primes et indemnités ainsi que le dossier de la formation. Pour la même occasion, le Snapest a présenté quelques propositions, entre autres, «rendre l’heure supplémentaire payante à 800 DA ainsi que la réduction du volume horaire de quatre heures par semaine pour les enseignantes ayant un enfant de moins de 4 ans».
En ce qui concerne le dossier de la formation, les membres du Snapest ont suggéré «d’augmenter le nombre de postes d’enseignants et d’ouvrir des concours de recrutement.» Il demande aussi l’institution de plusieurs indemnités, telles que «la prime de rendement individuelle mensuelle représentant 60% du salaire brut (principal).» Il sollicite également «une prime de qualification mensuelle représentant 25% du salaire de base ainsi qu’une autre prime de documentation mensuelle représentant 30% du SB». S’ajoute à cela, «une prime de tenue vestimentaire mensuelle représentant 15% du salaire de base, et une prime de recherche scientifique et pédagogique», sans oublier une prime relative «à l’orientation et au suivi constant et de la surcharge des programmes mensuels représentant 10% du salaire de base». Le même communiqué insiste sur l’inéluctable «révision de la grille des salaires par la revalorisation du point indiciaire (en mettant des mécanismes permettant l’adaptation de la valeur du point indiciaire avec la variation du pouvoir d’achat).» Cette mesure devrait aboutir, selon les mêmes rédacteurs «à l’annulation de l’article 87 bis de la loi du travail, à la retraite après 25 ans effectifs, à l’application des textes de loi de la médecine du travail, à la révision des méthodes de gestion des oeuvres sociales» et, notamment «à l’annulation de la décision ministérielle 158/94 en la remplaçant par une autre décision permettant de faire un changement radical dans la gestion des fonds des oeuvres sociales en toute transparence et justice».

Lynda BEDAR

http://www.lexpressiondz.com/article/2/2009-10-14/68494.html

Publié dans Economie et société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article