Des parents d'élèves dans l'embarras: Où trouver les fameux tabliers ?

Publié le par Mahi Ahmed

Des parents d'élèves dans l'embarras: Où trouver les fameux tabliers ?

par Chalal C.

Plusieurs parents étaient hier dans l'embarras pour n'avoir pas pu acheter les tabliers pour leurs enfants et dont les couleurs ont été officiellement fixées : bleu pour les garçons et rose pour les filles (primaire, CEM) et blanc pour les lycéennes. En effet, beaucoup avaient hésité, pour diverses raisons, à acheter les fameux tabliers plus tôt, se manifestant les derniers jours. Les commerces qui ont liquidé leurs stocks ne s'attendaient peut-être pas à cet important afflux. Certains fabricants locaux, mal informés, se sont retrouvés avec d'importantes quantités confectionnées sur les bras et qui ne servent plus à rien. Des importateurs ont bien sûr mis sur le marché des produits de Chine et du Moyen-Orient, mais ceci s'est avéré insuffisant vu que les tabliers importés ne répondaient pas aux «normes» définies par le département de Benbouzid telles la longueur devant atteindre les genoux et surtout les manches.

 Au niveau de certains établissements où on a voulu appliquer à la lettre cette disposition, plusieurs élèves ont été avisés de se présenter à partir d'aujourd'hui avec ces fameux tabliers faute de se voir interdire l'accès à l'établissement. C'est le cas, à Oran, du Lycée Mehadji Mohamed El-Habib où il a été clairement signifié aux élèves, et ils étaient nombreux, qu'ils ne seront pas autorisés à accéder à leur établissement sans le tablier. Contacté, un responsable de l'administration de ce lycée a précisé qu'étant conscient de la rareté des tabliers en question sur le marché, un sursis d'une semaine est accordé à l'ensemble des élèves et que cette période peut être si nécessaire étendue jusqu'au début du mois prochain.

 Chez les quelques revendeurs qui ont pu s'approvisionner en petites quantités, c'est l'occasion pour faire doubler les prix. Toutefois, un revendeur explique que comme chaque année, il a acheté en grande quantité ce produit dans des cartons comprenant des tailles différentes et des couleurs différentes. «Si je m'amuse à vendre à l'ancien prix, je serai perdant car les autres tabliers dont les couleurs ne sont plus autorisées seront pour moi un stock mort», a-t-il préciser pour justifier la hausse des prix pratiqués.

 Sur cette question, le président de la FNAPE (Fédération nationale des associations des parents d'élèves) a indiqué que dès que cette disposition a été retenue au niveau du ministère de l'Education, il était question de signer une convention avec le ministère de la Formation professionnelle pour la confection au niveau des centaines d'ateliers inexploités de milliers de tabliers et qui seront ensuite vendus à des prix raisonnables.

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5126429

 

Publié dans Economie et société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article