INAUGURATION DE LA GALERIE DU CAFÉ LITTÉRAIRE «LE SOUS-MARIN»

Publié le par Mahi Ahmed

INAUGURATION DE LA GALERIE DU CAFÉ LITTÉRAIRE «LE SOUS-MARIN»

El Moustach donne le ton!

Par O. HIND - Lundi 02 Janvier 2017 00:00

un nouvel espace pour les artistes

N'étant encore qu'à la première phase de ce chantier culturel, un autre appel de collecte de fonds est lancé pour l'aménagement de la 2ème partie. Votre soutien est le bienvenu..

Un nouvel espace culturel a été inauguré vendredi dernier au 67 boulevard Krim Belkacem ex-Télemly. Il s'agit de la 1ère partie de la galerie d'art dépendante du projet le Café littéraire «le sous-marin». Un événement lancé avec une expo de l'artiste indergound El Moustach qui s'étalera jusqu'au 7 janvier 2017. Il s'agit en fait du siège du Pags qui met à la disposition des artistes cet espace qui a été réalisé faut- il le souligner à l'initiative du militant et acteur Kader Affak, qui a réalisé ce bijou d'endroit avec l'aide et le soutien de nombreuses personnes. Un lieu né donc du soutien participatif ou crowdfunding, de mécènes et étudiants des beaux-arts qui croient en ce lieu qui respirera à coup sûr la liberté d'expression et de créativité encore plus durant l'année 2017. Dans cette pièce-couloir un peu exigu, néanmoins, seul petit bémol, de cet espace, vous découvrirez pour commencer les oeuvres de El Moustach. Du design graphique au concept bien trempé, avec cet artiste, le ton est donné. Par voie de transgression, cet artiste qui se plaint à détourner des images symboles de notre patrimoine a le génie de nous dévoiler un nouveau regard sur notre monde qui nous entoure marqué d'humour et de dérision. Dans son affiche d'ailleurs, on peut apercevoir des ballons qui se disputent l'espace à de nombreuses baguettes de pain, comme un leitmotiv sachant que les deux sont des «denrées» nutritives essentielles pour l'Algérien, ne sachant qui de l'un ou de l'autre est le plus vital. Si le football est l'opium du peuple, le pain est en tout cas la sève de survivance minimum pour le démuni. Aussi, cette installation nous a permis de redécouvrir ses portraits décalés du monde de la chanson populaire mais aussi de l'art et de la culture algériens, à l'instar de Amar Ezzahi, Kamel Messaoudi, El Hachemi Guerouabi, Othmane Bali ou encore Tahar Djaout, de Abdelkader Alloula, et Lounès Matoub entre autres, le tout avec une touche contemporaine hautement originale et colorée. A cette occasion, les présents, vendredi dernier ont pu également apprécier la musique d' El-3ou, concepteur de maquettes, avec lequel El Moustach a l'habitude de collaborer, mais aussi de rencontrer le conteur et poète Abdelmadjid Arab, qui prête sa voix aux instrus d'El-3ou. «La production culturelle ne peut se comprendre sans une réflexion sur la question de l'accès des citoyens aux moyens de diffusion artistique. La pratique et le contact des citoyens avec la culture deviennent un véritable enjeu démocratique», affirment d'emblée les organisateurs de cet espace et d'estimer encore: «Les nouveaux lieux culturels alternatifs qui se conçoivent à Alger comme les Ateliers sauvages, Picturies Générales ou la Baignoire... (on pourrait inscrire le sous-marin dans ce mouvement), entendent la préservation d'une autonomie de l'art, de l'acte artistique et des acteurs dans leur capacité à définir leur projet, vis-à-vis du pouvoir public et des logiques marchandes.» N'étant encore qu'à la première phase de ce chantier culturel, un autre appel de collecte de fonds est lancé pour l'aménagement de la 2ème partie qui fera jonction avec l'espace du café. «L'idée de partage est au coeur du projet. Un tel espace qui encourage l'activisme culturel et la citoyenneté nécessite un engagement réel aussi bien financier, matériel que personnel. Toutes les bonnes volontés peuvent contribuer et participer ainsi à faire reculer le pessimisme actuel. Notre pari c'est de rendre le lieu fonctionnel dans les plus brefs délais pour y animer des soirées conviviales où l'art aura toute sa place, avec l'objectif qu'il soit, dès son ouverture au public, un endroit où on a envie de revenir pour sa magie et sa poésie.» Et de renchérir pour mieux expliquer le projet: «Le Café littéraire «le Sous-Marin» est un projet issu de la société civile, où s'expérimentera une démocratie culturelle en actes.» L'appel à soutenir le projet est en tout cas bien lancé. Aux âmes charitables et engagées surtout de répondre en faveur. Car justement il n'y a pas que le foot dans la vie. Les sponsors s'en chargent très bien. Très intéressant aussi de voir comment cet artiste a su détourner le sigle Lacoste connu pour être la marque branchée des tee-shirts des riches. El Moustache nous fera voir ces fameux crocodiles autrement en ayant comme centre d'attaque, le pain encore une fois. Ce n'est pas pour rien s'il a placé son expo sous le thème: «Du peuple et pour le peuple» comme pour paraphraser ce fameux slogan socialiste qu'il remet au goût du jour avec une certaine note de dérision quand il évoque l'économie de marché sauvage qui prévaut dans notre société. Tous ces visuels sont ainsi teintés de cet humour grinçant et fort qui saute aux yeux pour mieux interpeller au-delà de l'imaginaire, notre conscience. A noter que «Le Sous-Marin», se trouve véritablement au sous-sol, d'où son nom. C'est un espace café littéraire, une galerie d'art, mais qui devra servir également de dortoir pour héberger les jeunes artistes qui viendront de l'intérieur du pays. Il possède également une salle de projection et de spectacle qui peut recevoir 180 personnes. Pour toute contribution aux travaux d'aménagement un numéro vous est proposé: 0556041692. N'hésitez donc pas donc à vous rentre util(e), pour l'amour de l'art. Ce que l'on appelle réellement de la solidarité citoyenne.

Publié dans Information

Commenter cet article