L’état des structures culturelles en Algérie : des musées vides, des bibliothèques en ruine

Publié le par Mahi Ahmed

L’état des structures culturelles en Algérie : des musées vides, des bibliothèques en ruine

dimanche 22 mai 2016 | Par Rachid Boudjedra

Il faut reconnaître objectivement que l’État algérien a construit des centaines de structures culturelles à travers le pays et Khalida Toumi en tant que ministre de la Culture pendant une dizaine d’années n’a pas cessé de jalonner le pays de maisons de la culture, de bibliothèques, de salles de cinéma restaurées et de musées.

En ce qui concerne les musées, particulièrement elle a réussi cette performance de transformer une galerie commerciale en magnifique musée, celui du Mama situé en plein cœur de la ville d’Alger (Rue Ben M’hidi) et qui est devenu un chef d’œuvre d’architecture et un exemple de ce qu’est la restauration du patrimoine national. C’est Khalida Toumi aussi qui a été à l’origine du nouveau Musée d’Art moderne de Constantine, lui aussi situé en plein centre-ville et lui aussi, né d’une restauration magnifique.

À l’époque de l’inauguration du Mama, j’avais écrit une chronique dans le journal « El Watan » où je disais ma satisfaction et aussi mon appréhension que ce magnifique espace reste « une coquille vide ».

CONTENU DE MARQUE

Was Sie auf Geschäftsreisen wirklich benötigen !

Was Sie auf Geschäftsreisen wirklich benötigen !

Mit ihrer Business Plus mitgliedskarte erhalten sie bei 2 700 AccorHotels hotels ganzjährig preisermässigungen, und noch viele weitere vorteile…

Klick hier

Vorgeschlagen von AccorHotels

Suspendre le ciblage publicitaire Adyoulike

Hélas, ce fut le cas et c’est le cas, encore aujourd’hui ! Ce musée est constamment vide ! Celui de Constantine, aussi. Sans parler de ce magnifique musée des beaux-arts du Hamma, l’un des plus importants du monde, qui reste , lui aussi, terriblement, tristement vide.

À l’opposé de ces grands musées que je viens de citer, j’ai vu récemment la petite bibliothèque d’Om El Bouaghi qui tombe en ruines, alors qu’elle est toute récente. J’ai visité l’an dernier « l’immense » musée de Chlef qui perd ses tuiles et lézarde ses murs et où il n’y a qu’une (en tout et pour tout !) statue d’origine incertaine (Romaine ? byzantine ? On ne sait pas !).

Pourquoi alors une telle détresse là où l’État a investi beaucoup d’argent ? Parce que l’on n’a pas donné une culture artistique à nos enfants ni à nos adultes. C’est la seule réponse. Et unique !

Et cette situation affligeante me rappelle ce proverbe algérien : » On a acheté le tapis avant de construire la mosquée ! »

Publié dans Choix d'articles

Commenter cet article