Quelques éléments sur les évolutions actuelles au Moyen-Orient et au Maghreb

Publié le par Mahi Ahmed

Les remarques suivantes ont été avancées en avril 2011. Elles gardent toutes leurs pertinences et méritent d’être développées à la lumière des processus complexes qui marqué intensément ces trois dernières années.

L’État national est, de fait, au centre des enjeux géopolitiques actuels. J’y reviendrai.

Mahi Ahmed le 21.3.2016

Quelques éléments sur les évolutions actuelles au Moyen-Orient et au Maghreb

Par Mahi Ahmed

Dr-Ing

Le 3 Avril 2011

Il s’agit d’un avis à l’état brut

L'effervescence qu'on observe actuellement (en 2011)au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ne peut relever du spontané. C'est le résultat, je pense, d'un double mûrissement.

Premier mûrissement :

Les Etats nationaux de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ont accumulé, au cours des cinquante dernières années, au travers de multiples processus historiques (coups d’Etat, régimes autocratiques,

Nationalistes, autoritaires et répressifs, une riche expérience individuelle et surtout collective où les luttes pour les droits matériels et sociaux, voire démocratiques ont développé la conscience de diverses classes et couches sociales qui, de plus en plus font le lien entre leurs problèmes quotidiens et de long terme avec la nature de l’Etat.

De fait les événements actuels soulignent une émergence active :

- de la jeunesse et surtout ses détachements sensibles à une certaine modernité et dotés d’un certain niveau de formation ;

- des femmes de toutes les catégories professionnelles et sociales

- des différentes catégories des couches moyennes (corporations professionnelles)

- de représentant du capital privé patriotique etc.

Un tel mûrissement et l’impopularité accrue des pouvoirs autoritaires en place corrompus, népotiques régionalistes, poussent à la conjugaison des forces en vue d’un changement encore imprécis quant aux orientations qui doivent le porter et aux formes d’alliances politiques et sociales qui doivent le réaliser.

Ce mûrissement est à peu près le même dans tous les pays de cette région, certes avec des niveaux de qualités et de cohésion différents

Deuxième mûrissement :

Les pays composant cette région ont une haute sensibilité géostratégique soulignée par au moins les facteurs suivants :

1° la situation géographique charnière entre l'Asie , l'Afrique et l'Europe ,assurant de surcroît des voies d'accès maritimes et terrestre d'une importance vitale en ces temps de mondialisation, où les pôles asiatiques en émergences accélérée , bousculent sérieusement les rapports de forces économiques et politiques jusqu'ici dominants.

2° Les réserves énergétiques et de matières premières dont la réduction relatives augment leur caractère précieux et aiguisent la compétition pour leur maîtrise.

3°La problématique des nouvelles matières premières, des technologies du futur et de la structuration de la nouvelle division internationale du travail ainsi que de la nécessaire réorientation du cours actuel de la mondialisation dominée par le capital financier spéculatif etc.

4°Les phénomènes démographiques et migratoires.

5) l’impératif de recompositions régionales et internationales des rapports de forces et des institutions régionales et internationales qui y sont rattachées.

Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord par leur profondeur asiatique et Africaine , par leur intensité géostratégique et les réserves énergétiques et de matières premières qu’ils recèlent ainsi que du potentiel démographique et migratoires qui les caractérisent, acquièrent , de ce fait, un degré d’urgence dans la programmation occidentale.

Or les pays de cette région de culture arabo-musulmane sont le résultat d'une triple restructuration ou évolution historique :a) la recomposition par la Grande Bretagne , la France et les USA de l'Empire Ottoman à la suite de la première guerre et à l'aube de la première révolution socialiste en Russie;

b) l'éruption du mouvement national arabe avec la révolution égyptienne de 1952 après la création d'Israël

c) l'ampleur du mouvement de libération national avec la révolution algérienne avec ses prolongements internationaux

Tout cela dans un contexte international qui :

- n’a pas encore stabilisé les contrecoups du séisme provoqué par la dislocation l’URSS et la disparition du système socialiste mondiale malgré toutes les guerres et restructurations régionales et au niveau des institutions internationales opérées depuis 1990 ;

- subit des déséquilibres hautement dangereux provoqués par les dynamiques d’une mondialisation néolibérale dominée par le capital financier international ;

- fait face à l’émergence de nouveaux pôles puissants et en développement accéléré comme les membres du BRIC, mais surtout la Chine et l’Inde ;

- enregistre un certain délitement des rapports de forces de ce qu’on appelait la triade USA-Europe-Japon)

-n’arrive pas à dépasser les effets de la crise financière mondiale de 2008 et du rapport de celle-ci à l’économie réelle,

-etc.

Il me semble que les facteurs internationaux apparaissent, sous certains aspects comme les catalyseurs des évolutions que nous observons et des formes de solutions qui se dessinent.

C’est ce qui peut expliquer un peu ce qui se passe chez nous ainsi que la position non explicitée de l’Algérie en ce qui concerne la Libye.

Cette intervention massive et coordonnée, préparée de longue date au niveau des puissances qui voient leurs intérêts immédiats et de long termes rattachées au contrôles des ressources énergétiques , aux voies d’accès stratégiques, à l’intensité des flux migratoires en direction de leurs pays ou de l’ensemble géopolitique auquel elles appartiennent, acquière un caractère néocolonial et doit être analysée en tant que telle et combattues en tenant le plus grand compte, en ce qui nous concerne de nos intérêts liés :

-à l’unité de notre territoire national et à l’intangibilité de nos frontières ;

-à la préservation de notre unité nationale et de notre identité multiple ;

-à la défense de nos richesses naturelles ;

-à ce que devrait être notre influence géostratégique aux niveaux du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne et du monde arabe mais aussi en direction de l’Europe et d’autres régions du Monde.,

Nous avons un gouvernement incompétent fragilisé, soumis à de multiples pressions extérieures.

Car l’enjeu central, pour ce qui concerne l’ensemble des pays composant cette aire géographique, c’est l’Etat National. Celui-ci doit être défendu et refondé pour le mettre aux niveaux des multiples défis auxquels nous devons faire face.

Mahi Ahmed

Publié dans Mes articles

Commenter cet article