Une contribution d’Omar Mazri – Syllogismes fallacieux saoudiens et guerre en Syrie

Publié le par Mahi Ahmed

Une contribution d’Omar Mazri – Syllogismes fallacieux saoudiens et guerre en Syrie

ARTICLE | 15. FÉVRIER 2016 - 10:51

La nouvelle guerre (terrestre), après cinq ans de subversion, en Syrie n'est pas seulement une fuite en avant devant les échecs des Américains et des Saoudiens à faire tomber le régime syrien et à rendre rédhibitoire l'assistance des Russes, des Iraniens et du Hezbollah. Elle n'est pas aussi une panique lorsqu'on voit la défaite stratégique des Saoudiens au Yémen et que la logique militaire et politique commande d'arrêter ou du moins de ne pas livrer bataille sur plusieurs fronts. Elle est, sur le plan dialectique, un processus implacable qui va faire changer les données du monde radicalement. L'Arabie Saoudite est en train de mettre en jeu sa propre existence : ou bien la guerre en Syrie s'arrête au profit du régime syrien qui est en train de renverser l'équilibre des forces militaires en sa faveur alors qu'elle va perdre milliards, alliés et investissements politiques et idéologiques, ou bien c'est une guerre totale sur plusieurs fronts et contre plusieurs adversaires que l'Arabie Saoudite ne peut remporter ni par son armée ni par ses mercenaires. L'autre pervers narcissique, le sultan néo-ottoman, est en train de pousser sa logique jusqu'à son épuisement, car il va se trouver devant des équations impossibles à gérer sur le plan national et international. L'Empire est en train de s'effondrer : beaucoup de discours narratifs et de communication, mais peu d'action. Il est en train de subir les contrecoups du pervers narcissique : se détruire faute de détruire les autres ou l'essoufflement et l'isolement faute de pouvoir détruire les autres. Pour l'instant, les autres sont les Russes qui font preuve de sang-froid, de planification et d'efficacité mettant en impuissance les Américains et l'Otan. Les cartes semblent compliquées et la fin du monde proche, mais si on fait abstraction des détails, des tons et des nuances on finit par ne voir que le clan des pervers narcissiques avec leurs victimes et le reste ceux qui leur résistent. On finit par voir le pessimisme, l'infantilisme et l'inefficacité des pervers narcissiques en devenir plus flagrant, plus fragile et enfin plus décisif pour leur fin de règne dans l'histoire. On commence à voir l'optimisme, la force, la détermination et la fédération des résistants aux syllogismes fallacieux des pervers narcissiques. En ce qui concerne le régime saoudien, ses vassaux et ses chantres, les mythes qui font office de syllogisme fallacieux sont au nombre de six : le wahhabisme est la doctrine vraie, authentique et pure, la seule à représenter l'islam. Il faut, donc, éradiquer les différences. L'Arabie Saoudite est l'arabité vraie, authentique et pure, car elle est la terre natale du Prophète (QSSSL). Il faut donc mettre le monde arabe sous tutelle saoudienne. Le pétrole est une manne céleste octroyée aux rois et princes bédouins comme l'a été le territoire. Ils appartiennent à Dieu qui a donné mandat à la monarchie seule souveraine en termes de propriété, d'usage et d'abus, de gouvernance. L'absolutisme monarchique français serait progressiste et moderne comparé aux monarchies du Golfe. Les «religieux» officiels saoudiens sont l'élite intellectuelle, morale et spirituelle du monde musulman : ils ne sont pas seulement le clergé «pseudo-institué» par le Prophète en leur qualité de légataire de la science, de la mémoire et du territoire, ils sont la Parole d'Allah infaillible et irréfragable. La dynastie saoudienne est «le Serviteur des deux Lieux saints de l'islam». L'Amérique est l'allié fidèle et indéfectible des Arabes et des musulmans. Comme le chiffre 6, l'Arabie Saoudite et ceux qui partagent et véhiculent son idéologie sont le symbole de la perfection et de l'ordre. A ce titre, ils ont la certitude d'être dans le vrai et d'avoir la victoire contre les Syriens, les Iraniens et les Russes comme ils ont la certitude d'avoir écrasé la résistance yéménite. Les rentes religieuses, financières, idéologiques et le soutien des Américains et des Européens leur facilitent le montage des «rebelles», des mercenaires et des dévoués pour mener les guerres que leur armée ne peut pas mener faute de doctrine, de technicité et de bravoure. C'est avec ces six fables que le monde arabomusulman et ses élites politico-religieuses ont construit leur pensée moderne. C'est ainsi que le monde arabe et musulman va entrer dans une nouvelle guerre (terrestre) où cette fois les illusions seront balayées faute d'illusionnés pour les porter. Peut-être que les insensés survivants reviendront à la raison qui leur dira que la Palestine occupée est sunnite arabe. Aucun syllogisme et aucun discours ne peuvent tenir devant le hadith qui dit que le croyant n'est véritablement croyant que si les gens sont à l'abri de sa main (qui frappe, qui tue, qui vole) et de sa langue (qui insulte, qui humilie, qui ordonne le mal). La vérité et la réalité nous imposent de dire que si les Arabes et les musulmans ont donné la caution morale et religieuse à l'Otan pour détruire la Libye et assassiner son président en exercice, l'histoire ne va pas se répéter : Bachar Al-Assad et la Syrie vont imposer une nouvelle réalité et faire émerger la vérité sur l'imposture et la trahison de ceux qui parlent au nom de l'islam. Encore une fois, il ne s'agit pas d'espoirs ou de désirs, mais de réalité objective, c'est-à-dire de rapport de force, dans ce cas, les rapports sont mondiaux, ils concernent les Russes, les Chinois et les Américains. Les Arabes ne jouent que le rôle de figurants. Lorsque Poutine et Medvedev disent à l'Otan que toute présence étrangère sur le sol syrien est une déclaration de guerre à la Russie et que celle-ci peut conduire à une troisième guerre mondiale, il ne s'agit pas de l'infantilisme des princes ou de la sénilité des rois du monde arabe. Les Arabes piètres et serviles ont répondu fidèlement à l'appel américain de former une armée arabe otanesque, mais les Américains ne sont pas insensés pour s'engager dans une confrontation planétaire dont ils ne maîtrisent pas tous les tenants et aboutissants à moins que leur stratégie soit de se débarrasser de la Turquie et de l'Arabie pour faire des affaires avec les Iraniens et se partager le monde avec les Russes. Les semaines à venir vont montrer la tendance. Pour les Arabes pervers narcissiques, il ne peut y avoir de changement politique, stratégique ou tactique ou opérationnel, ils sont dans leur délire. Ce délire a pris des proportions infernales lorsque le Yémen a résisté, la Syrie a reconquis des territoires et l'Iran a repris sa place dans le concert des nations. Nous sommes dans un monde où il n'y a pas de place à l'insensé et à l'impuissant. L'insensé et l'impuissant ne sont là que parce que les intérêts en jeu exigent leur présence dans un rôle à jouer. Les intérêts ne peuvent occulter indéfiniment la vérité et la réalité de l'islam et des musulmans : le Coran est la Parole d'Allah et l'islam Sa religion, signifiant, par-là, que les géo-codes et les socio-codes peuvent donner une interprétation temporelle et spatiale à l'islam, à sa culture, à sa philosophie et à sa sociologie. Mais ils ne peuvent s'imposer comme la norme et encore moins lorsqu'ils sont mal représentés ou proposés comme caricature et repoussoir à un monde inondé d'informations et de «vérités».

Omar Mazri

Auteur et écrivain

Commenter cet article