Réactions à lacontribution de Sadek Hadjeres sur le 50e anniversaire du PAGS

Publié le par Mahi Ahmed

Réactions à lacontribution de Sadek Hadjeres sur le 50e anniversaire du PAGS

LAHLOU • 02-04-2016 05:48 • Le PAGS et le PAYS : CINQUANTE ANNÉES PLUS TARD

Puisque tu y es, cher camarade , il faut ajouter à ces "réactions"la lettre de Saci Belgat à Fateh Agrane. Elle est expressive du besoin de débattre sans s'insulter même si le contenu et le ton utilisés par certains anciens responsables du pags lorsqu'il traite de l'histoire de ce parti est à la limite du propos objectif et sincère tant il se dédouane de toute erreur quant à l'échec de la stratégie de ce parti à sa sortie de la clandestinité. Mais pour aller au fond des choses, que signifie cette sortie médiatique pour commémorer l'anniversaire d'une organisation qui s'est transformée en un autre parti, puis un autre mouvement et encore un autre, par la volonté de certains de ses militants? Pourquoi, ceux qui regrette ce parti, ne le récrée-t-il pas? Il y a des militants du MNA qui revendiquent depuis des années pour que la reconstitution légale de ce mouvement qui s'est pourtant opposé farouchement au FLN durant les années de la lutte de libération nationale jusqu"à faire objectivement le jeu de l’ennemi colonialiste! C'est peut être plus facile d'animer un blog ou d"écrire ses mémoires...

Le PAGS et cette légalité inopportune

Le Parti d’avant-garde socialiste (PAGS) sortait de la clandestinité au moment même où le mur de Berlin tombait, au moment où dans le monde le socialisme était remis en cause.

Il sortait de la clandestinité au moment où Chadli donnait une assise politique anticonstitutionnelle à la féodalité algérienne. Si la sortie de la clandestinité était inopportune, la participation aux élections communales de 1990 au côté de partis qui utilisaient l’islam devenait un crime, un suicide. A qui incombe un tel suicide ? Aux militants, aux infiltrés ou à cette direction dont le number one était Sadek Hadjeres ? Ni aux uns ni aux autres et encore moins à cette direction qui a bataillé pendant longtemps et qui a sué, semé, sans pouvoir en récolter, les uns fauchés par les assassins que certains voulaient élever au rang de partenaires politiques, ou simplement anéantis par tant de violence.

Le PAGS s’est disséminé en plusieurs partis. Le plus tragique était l’idée fixe de certains camarades à vouloir s’allier avec des islamistes au moment même où ils canardaient non seulement les camarades mais les policiers, les écolières, leurs enseignants et le peuple en général. Si une idée fixe peut donner des ailes, c’est tant mieux sauf qu’il faut savoir que cette idée a été aussi destructrice que l’insuffisante conscience, car aujourd’hui c’est l’idée maitresse du pouvoir, son liant pourrait-on dire. Ce dernier donne donc plus que raison à Sadek Hadjeres qui déclarait que certains pouvaient être assimilés à des «islamistes-démocrates» et il ne pouvait donc qu’être catastrophé par ceux-là mêmes qui voulaient rattraper sa bourde en demandant l’interdiction du FIS parce qu’il était anti constitutionnel.

Les faiblesses du pouvoir depuis Chadli ne cessaient de l’entrainer dans le giron des antidémocrates et de la féodalité qui sont à l’origine du blocage de la société. Maintenir le peuple dans une conscience religieuse, l’empêcher d’accéder à une conscience politique a toujours été le but commun de la colonisation, de la néo colonisation de la réaction et des antidémocrates. Faut-il rappeler qu’avant l’indépendance nous étions des «Français Musulmans» La légalisation du FIS, n’a pas été dénoncé par S.H. C’est, il me semble sa plus grave erreur. Cette erreur est à l’origine de l’affaiblissement du parti et de sa division. Nous savons aujourd’hui grâce à ses écrits qu’il ne pouvait pas en être autrement.

Le fait de ne pas rappeler le crime de Chadli dans sa légitimation anticonstitutionnellement de partis qui utilisent la religion donne une fausse note aux évènements où se sont lobés les planqués, les fuyards les «qui tue qui», les contractuels de Sant-Egidio à Rome en janvier 1995, jusqu’aux assassins d’aujourd’hui. La réconciliation avec les islamistes remonte à Boumediene quand il s’est acoquiné avec Taleb Brahimi. Elle n’est pas la création de l’actuel président mais une constante du système politique algérien dont la première caractéristique est l’anti démocratie, marquée par l’anticommunisme. A la sortie de la clandestinité, le PAGS a été pris entre deux feux, les islamistes, et tous ceux qui ont en commun leur haine contre les libertés et particulièrement la liberté de la femme. Ils ont étouffés le parti dans ses balbutiements à la légalité sans qu’une direction n’ait pu anticiper l’étranglement malgré les signes manifestes de l’extérieur. La légalisation du FIS et consort a été fomenté, encouragée pour enterrer définitivement l’idéal socialiste et dire qu’aujourd’hui même c’est au nom de l’idéal socialiste qu’un candidat à la Présidence des Etats-Unis est à deux doigts de briguer la Maison Blanche !

Saadeddine Kouidri

Merad Boudia Nabil‪ la lutte continue avec les même principe et valeur qu'on nous a appris pendant le PAGS . beaucoup se sont sacrifier pour se parti et c principe et c a nous de continuer dans le même sens et évolué avec le temps . c se que j'ai appris de mon défunt père et camarade Merad Boudia Bachir ( dit AMMI par c camardes et c amis ) et aussi de beaucoup de mes camarades que apprécie et respecte beaucoup . la lutte sera et restera tjr dure faut juste savoir ne pas baisser les bras . et un grand hommage a tous ceux qui on donner leur vie pour que l’Algérie survie contre l’intégrisme

Abder As‪ Les valeurs universelles de l'humanité restent toujours des valeurs sûres. Ce que nous a appris ce parti, En dépit de toutes les analyses, les critiques, les erreurs Je peux dire, ceux qui ont épousé ses idées du progrès social ne s'en passeront jamais, et tous ces hommes, et femmes donneront toujours le meilleur d'eux même s'ils vivent en Algérie ou ailleurs je les salue la ou ils sont même 6 pieds sous terre ils frerent encore.

Mustapha Hadni‪ Comment éxplique t-on que Sadek Hadjerés qui a rejoins le PCA aprés la crise berbériste en quittant le PPA / MTLD est devenu l'un des ces résponsables les plus en vus et ce en un temps relativement court? C'est lui en campagnie de Bachir Hadj Ali qui ont négocié avec Abane en 1955 pour rejoindre les rangs du FLN.Décidement tout est écrire et a éxpliquer sur l'histoire de ce parti !!!

Fateh Agrane‪ Sadek est un monument du mouvement national, communiste et révolutionnaire de notre pays et du monde ,ceci ne l'absout des critiques sur ses erreurs, comme tout militant et ça devient plus aigu encore quand on est premier secrétaire ! j'estime que l'histoire du pags doit être débattue , écrite et enregistré que les autres membres de la direction encore vivants s'expriment aussi !

Saci Belgat‪ Je crois que Sadek jusqu' aux derniers instants a cherché à préserver l'unité du parti et ce au détriment de sa personne. Il en fait la condition pour affronter les écueils à venir. De ce point de vue, il a une vision historique des enjeux très aiguisée. Est ce une erreur de garder sa lucidité, sa capacité d'analyse et d'action sans se mettre sous l'hégémonie de l'immédiateté, d'une réaction chaude, somme toute naturelle, de camarades qui se sentaient flouer . Il a agi en révolutionnaire. En phase de "régression" historique de la pensée , il savait et c'est pourquoi l'histoire la élue premier secrétaire du parti, qu'un parti qui éclate a très peu de chance de rebondir . deuxième leçon, voilà pourquoi aujourd'hui, il insiste sur les actions concrètes en lien avec la vie réelle et non imagée et rêvée des gens. Refaire liens avec les gens pour pouvoir reconstruire, il est, et c'est incontestable le Marxiste léniniste le plus abouti, le plus achevé au plan intellectuel et de la pratique révolutionnaire de l'histoire de l'Algérie moderne. Dès fois et même souvent en situation historiquement confuse, quand une classe arrive aux portes du pouvoir et voudrait s'en accaparée , elle est prête à toutes les aventures funestes, et c'est malheureusement ce qu'à connu notre pays. Reprendre le chemin de l'histoire ce ne sera pas facile, mais me semble t- il c'est le chemin qui nous évitera les désagréments que nous avons connus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article