Republication:ISRAËL, ARIEL SHARON ET LA TRAGÉDIE PALESTINIENNE

Publié le par Mahi Ahmed

~~ 14.08.01 ISRAËL, ARIEL SHARON ET LA TRAGÉDIE PALESTINIENNE . Par Mahi Ahmed * Peut-on rester insensible à l’enfer et à l’injustice que vit depuis plus d’un demi siècle le peuple palestinien ? L’opinion publique internationale et particulièrement occidentale doit-elle continuer à être trompée sur la véritable nature du pouvoir en Israël et sur ses visées politiques stratégiques ? Doit-on admettre sans réagir que depuis la fin de la guerre froide et de l’équilibre de la terreur le traitement des problèmes relevant de la stabilité internationale et de la paix mondiale puisse se faire suivant les intérêts globaux de la superpuissance restante et au détriment des droits inaliénables des peuples à l’autodétermination ,à l’indépendance , au respect des frontières et au bien être sociale ? La situation actuelle du peuple palestinien est , à cette égard , on ne plus édifiante . Nous sommes témoins d’une situation historique des plus singulières . Ceux qui ont imposé par le terrorisme le plus barbare leur Etat sioniste , grâce aux forces internationales de l’argent dominées par le courant sioniste mondial et à la connivence active de l’ancienne puissance d’occupation , veulent aujourd’hui travestir l’histoire, se présenter comme des victimes éternelles de l’anti-sémitisme et comme des défenseurs de la paix ,de la démocratie et des droits de l’homme . Ariel Sharon et les forces politiques israéliennes qui le soutiennent sont de ceux-là .Ils appartiennent à lignée des faucons sionistes invétérés , aveuglés par leurs intégrismes religieux et politiques . Le temps historique ,c’est à dire celui qui métamorphose et oriente les peuples ,les sociétés et les nations dans les directions les plus diverses , doit être appréhendé avec le maximum de maîtrise ,pour éviter les désastres historiques . La politique annexionniste et expansionniste pratiquée par les dirigeants israéliens successifs sur des territoires palestiniens et arabes de même que la volonté de ces mêmes dirigeants de soumettre les palestiniens et les peuples arabes de la région à leur diktat , sous le prétexte de la garantie de leur sécurité , ne peut être que la voie de la violence et de l’enfer comme nous le montrent encore plus quotidiennement l’aggravation des évolutions depuis l’arrivée de Sharon au pouvoir . C’est avant tout à la nature belliqueuse de l’Etat d’Israël et à l’orientation militariste et fondamentaliste de ses dirigeants qu’il faut attribuer de telles évolutions . En tant qu’algériens nous sommes bien placés , puisque nous l’avons payé très cher , pour savoir ce qu’est un mouvement de libération national faisant face à un Etat de nature colonialiste , puissamment armé et ignorant à dessein le cours de l’histoire . Un mouvement de libération national n’a pas le choix des armes et ne peut être qualifié , dans son fond, de terroriste .Les terroristes sont d’abord ceux qui l’ont poussé aux choix des formes et moyens de lutte à sa disposition ,c’est à dire ceux qui lui refusent ses droits nationaux . Le fondamentalisme et la gravité des formes d’action des organisations palestiniennes HAMAS et DJIHAD ISLAMIQUES ont été renforcés par l’étroitesse , voire l’aveuglement des dirigeants israéliens de même que par l’inconséquence des USA qui ont cherché , tout au long du processus de mise en oeuvre des accords d’Oslo , à humilier et à affaiblir le Président Arafat et les dirigeants de l’autorité palestinienne signataires de ces accords :  par une politique délibérée de multiplication des enclaves de colonisation peuplées de fanatiques religieux juifs à l’intérieur de territoires palestiniens,  par un étranglement extrême de toute activité économique en recourant au blocage systématique ou au détournement des infrastructures ,terrestres ,aériennes , maritimes , hydrauliques ,de télécommunications , énergétiques etc  par un contrôle sécuritaire et administratif ,sept ans après les accords d’Oslo , sur presque la totalité des territoires palestiniens ,l’autorité palestinienne n’en contrôlant que 12%,  par la prétention de faire de tout Jérusalem la capitale d’ Israël et le refus de toute négociation à ce sujet . Doit-on attribuer seulement au fanatisme religieux le fait qu’un jeune palestinien, à la fleur de l’âge , accepte de se suicider en portant une bombe devant nécessairement faire des victimes ? Ou doit-on ,tout en condamnant la forme de l’acte , en rechercher les mobiles ,les comprendre en profondeur et essayer de travailler inlassablement dans des directions qui rendent de tels actes inutiles et surtout condamnables par tous ? Ou bien la vie de ce jeune comme celles de ses frères et sœurs ne méritent-elles pas d’être prises en considération ? Toute réaction à un acte ou à un événement ,quelle que soit la forme qu’elle prend doit d’abord être expliquée par la cause qui la provoque . La recherche et la prise en compte juste de la cause qui déclenche les événements, est le premier devoir d’un responsable politique . On assiste à une sorte de dérive savamment entretenue et toujours renouvelée par le puissant système de propagande israélien de faire de la victime Palestine l’accusée , celle qui doit rendre des comptes , celle qui doit se soumettre à l’agresseur de fait , Israël . Rabin , Pérez et Arafat ont obtenu le prix Nobel de la paix pour avoir signé à Washington les accords de paix d’Oslo . Arafat s’est consciemment engagé et il l’a prouvé par sa grande flexibilité pour avancer pas à pas vers les objectifs fixés par les accords , dans ce processus de paix qui imposait une démarche progressive , dont la durée des phases était fixée, pour déboucher sur l’édification d’un Etat palestinien indépendant conformément aux résolutions de l’ONU. Voilà plus de cinquante ans qu’Israël existe ,sur le plan formel, en tant qu’Etat (le concept d’Etat mérite d’être défini avec précision ) grâce au concours des facteurs suivants : 1) La naissance d’un mouvement sioniste mondial comme conséquence du développement de l’antisémitisme en Europe à la fin du dix-neuvième siècle .L’acte fondateur de ce mouvement repose sur la pensée sioniste développée par Théodore Herzl dans son livre « l’Etat juif » .Son programme adopté au premier congrès à Bâle en Suisse préconisait la colonisation de la Palestine . Théodore Herzl proposait d’ailleurs la création d’un Etat juif en Argentine ou en Palestine et le quatrième congrès sioniste a même décidé d’établir une patrie pour les juifs en Argentine . 2) Une situation internationale favorable suite à la première guerre mondiale où la grande Bretagne et la France ,sur la base de l’accord Sykes-Picot ,ont décidé de diviser la région arabe sortie du joug ottoman en zones d’influences britanniques et françaises et d’internationaliser la Palestine . La déclaration du secrétaire d’Etat aux affaites étrangères britanniques Lord Balfour ( 1917 ) transmise au dirigeant sioniste Lord Rothschild (sic) affirmait que la Grande Bretagne allait faire son possible pour favoriser l’établissement en Palestine d’une patrie nationale pour le peuple juif .À cette époque la Palestine avait une population de 700.000 habitants dont 574.000 étaient musulmans , 74.000 chrétiens et 56.000 juifs . La conférence de San Remo mit la Palestine sous mandat britannique et le haut commissaire anglais désigné ,Herbert Samuel , était un sioniste notoire . 3) Un mouvement terroriste sioniste impitoyable engagé à partir de 1937 avec les tristement célèbres organisations terroristes Irgoun et Haganah conduites par les Ben Gourion ,les Beguin ,les Golda Meier et dirigées contre les palestiniens et les anglais qui voulaient limiter l’immigration juive et octroyer l’indépendance à la Palestine . Ces organisations terroristes qui ont assassiné et fait fuir de nombreux palestiniens (3,5 millions aujourd’hui ) , ont constitué le noyau de Tsahal , l’armée du nouvel Etat israélien . 4) Une immigration soutenue , se poursuivant jusqu’à nos jours , de juifs de toutes nationalités venus s’installer ,pour des raisons religieuses ou politiques dans l’Etat d’Israël . Israël compte aujourd’hui une population de 6,1 millions d’habitants dont 80% sont juifs avec les origines suivantes : 20,8% sont nés en Israël , 32,1% d’Europe ou d’Amérique ,14,6% d’Afrique ,12,5% d’Asie . Le droit au retour garantit à tout juif de la diaspora la citoyenneté israélienne depuis 1950 . 5) Un soutien sans faille toujours renforcé des lobbies juifs internationaux influençant activement les sphères nationales et mondiales de la finance ,de l’économie , des médias lourds et de la politique , notamment dans les centres géographiques qui font le rapport de forces mondial actuel . 6) Une alliance stratégique avec les USA qui ont fait et qui font encore d’Israël une tête de pont de leurs intérêts dans la région du Moyen-orient et bien au-delà . Les USA ont en permanence couvert les actions expansionnistes israéliennes et mis en œuvre tout ce qui pouvait favoriser une application intrinsèque des résolutions du conseil de sécurité notamment les résolution 181, 242,338, 465 ,681.Les USA n’ont ménagé et ne ménage toujours aucun effort financier , militaire ,économique ou politique pour faire en sorte que toute orientation dans le sens de négociations devant faire avancer la paix et la stabilité dans la région soit conditionnée à la suprématie israélienne . La partialité et le parti-pris américains représentent une cause fondamentale de la situation qui est faite aujourd’hui au peuple palestinien et aux peuples arabes de la région . Les USA se placent délibérément au côté d’Israël et exigent des dirigeants palestiniens qu’ils se soumettent au diktat des dirigeants israéliens en dépit des résolutions de l’ONU et des accords contractés . Israël n’est pas encore aujourd’hui un Etat au sens moderne du terme . L’Etat israélien actuel n’est pas fondé sur une constitution . Il est régi par un ensemble de lois dites fondamentales qui touchent à la Présidence ,au parlement ,au gouvernement ,à la justice ,à l’armée , au droit à l’immigration etc .C’est un Etat qui est sous l’emprise de forces issues de l’armée et représentant la garantie de la continuité sioniste d’une part et d’autre part de forces religieuses fondamentalistes revendiquant le grand Israël, c’est à dire l’annexion des territoires palestiniens .Ces deux forces fixent les limites du caractère démocratique dont les puissances occidentales veulent affubler un tel Etat . L’existence de dix-neuf partis politiques ne change rien à cette réalité qui a été particulièrement soulignée par la volonté expansionniste et le caractère belliqueux des dirigeants israéliens depuis 1967 . Israël est aujourd’hui un Etat hautement militarisé et militariste. Ses forces armées comptent 173.500 hommes dont 37.000 pour l’armée de l’air pour un territoire de 22.145 Km carrés .Israël dispose d’une industrie de l’armement ultra-moderne dont l’éventail va jusqu’à l’armement atomique dont le stock comporte 100 ogives nucléaires. Le budget militaire représente 20,4% du budget national subventionné pour l’année 2000 à hauteur de 2,4 milliards dollars par les USA .Israël réalise prés de 40% de ses échanges économiques avec les USA . L’Etat israélien comme la nation israélienne sont encore engagés dans des processus complexes et longs de formation . Ces processus ne peuvent aboutir et créer les conditions d’une stabilité et d’une paix durables que s’ils intègrent , dans leurs cheminements , avec détermination et une conscience de l’orientation dans le sens de l’histoire , une culture forte et active de la paix fondée sur les droits nationaux du peuple palestinien, l’application stricte des résolutions de l’ONU et sur la paix et la stabilité régionale . Cette chance pour une édification véritablement démocratique et moderne de l’Etat de même que pour une formation solide de la nation israélienne a été ouverte par les dirigeants palestiniens qui ont accepté de s’engager dans les processus de Madrid et d’Oslo . Elle n’a pas été saisie ,dans sa profondeur ni dans sa portée historique , par les dirigeants israéliens du fait de leur prétentions dominatrices et du fait de leur volonté de jouer le rôle de puissance régionale avec une fonction de relais de la superpuissance restante . Les tenants du pouvoir israélien se sont caractérisés ,dans le processus de mise en œuvre des accords d’Oslo , par une méthode consistant à retarder ,à remettre à chaque fois en cause les décisions arrêtées de concert avec les palestiniens ,à grignoter de nouvelles concessions relevant du territoire ou de l’exercice de la souveraineté ,rejetant toujours à plus tard les négociations sur Jérusalem , sur le retour des réfugiés ,sur les colonies juives et sur le statut final de l’Etat palestinien . En même temps les responsables israéliens multipliaient les provocations comme celle de Sharon sur l’esplanade de la mosquée ,les intimidations en mettant en branle leurs forces de frappe militaires détruisant et tuant à coup de chars et d’hélicoptères . Le Leitmotiv des dirigeants israéliens est « la sécurité d’Israël » menacée par les palestiniens et ses voisins arabes . Ariel Sharon a fondé sa campagne électorale pour le poste de premier ministre sur le slogan populiste et trompeur « Sécurité et paix » .Il n’avait pas de programme politique de gouvernement ni de propositions concrètes pour relancer le processus de paix avec les responsables palestiniens . Dans une interview qu’il a accordé à la revue « Kfar Habad » orientée vers les lecteurs ultra-orthodoxes , il a déclaré : « L’accord d’Oslo est mort . ».Il refuse de reprendre le processus de négociation avec les palestiniens .Il est hostile à l’installation d’observateurs de l’ONU en Israël et en Palestine pour superviser justement le cessez-le feu et les conditions de la sécurité des deux parties et permettre au processus de paix d’avancer .Sharon ne peut pas être un partisan de la paix. Il demeure un faucon sioniste qui ne peut se trouver de raison d’être que dans la guerre et l’utilisation de la force pour donner libre cours à ses pulsions dominatrices . Il veut réduire la Palestine à un morceau de gruyère ou les parties constituant le fromage sont contrôlées par Israël et les trous revenant aux palestiniens pour plus les y étouffer . Lorsque Ehud Barak soutenu par Clinton déclarait à haute voix qu’il avait fait ,à Camp David , toutes les concessions que Arafat voulait , il ne disait aucun mot des conditions qu’il lui avait posées à savoir :  le contrôle stratégique par Israël sur la Cisjordanie et Gaza ,espace aérien et frontières terrestres et maritimes compris ,  la souveraineté israélienne sur la majeure partie de Jérusalem-Est y compris le Haram echarif ,  le contrôle sur les ressources hydrauliques communes . Rachelle Marshall du Washington Report on Middle East Affairs qui rapporte de tels éléments , écrivait à ce sujet dans le numéro de décembre 2000 : « Ce sont là des conditions qu’aucun arabe ne peut accepter » et d’ajouter « le processus de paix débouche dans la protestation et le sang ». « Israël a failli à ses engagements » Mais les responsables occidentaux de même que les médias lourds à leurs services n’ont de cesse que d’exiger des palestiniens et d’Arafat de mettre fin à l’Intifada et à la violence , de donner encore plus de garanties pour la sécurité d’Israël .Ils n’émettent ni critiques ni exigences à l’égard d’Israël et de ses dirigeants qui refusent de mettre en œuvre les décisions de l’ONU et les accords conclus . Lorsque Sharon ferme et occupe la symbolique maison d’orient à Jérusalem ,le central téléphonique d’Abou-Dis en y hissant le drapeau israélien ,ce n’est que normalité pour Bush et les dirigeants occidentaux , même si á l’occasion , ils font une timide déclaration de réprobation .Par ailleurs ,ils s’affairent, les Balkans obligent , avec une diligence extrême à stabiliser la situation dans la petite Macédoine . Sharon ne peut avoir aujourd’hui de place que devant le TPI , pour crime contre l’humanité .Chiche Mme d’El Ponte . Le génocide programmé par Sharon du peuple palestinien doit cesser .Il ne cessera qu’avec la conjugaison de deux facteurs qui ont fait leurs preuves dans toute lutte de libération nationale : le renforcement du mouvement de libération national palestinien d’une part et d’autre part le développement d’une large , solide et active solidarité internationale notamment arabe , y compris celle des larges couches du peuple israélien qui ont intérêt à une paix juste et durable, avec la cause palestinienne . Car comme le disait le général viêtnamien Giap , lors d’une visite à Alger : « Le colonialisme est un mauvais élève ». *Dr.Ing.

Publié dans Mes articles

Commenter cet article