Élection présidentielle de 2014 : le grand gagnant c’est l’argent

Publié le par Mahi Ahmed

~~Élection présidentielle de 2014 : le grand gagnant c’est l’argent mardi 22 avril 2014 Élection présidentielle de 2014 : le grand gagnant c’est l’argent Entre les programmes de campagne de Benflis et de Bouteflika il n’y avait aucune différence ou presque. Mais, l’un a été choisi et l’autre déqualifié. En réalité ce n’est pas le programme des candidats qui avait convaincu les électeurs. La campagne électorale, par procuration, du candidat élu a été des plus lamentable. Que s’est-il réellement passé ? comment le candidat président a pu vendre son image et se faire réélire ? Voici la recette. Il s’est d’abord offert les grands moyens de l’état pour que ses ministres, chacun à sa manière, fassent sa campagne aux frais de nous tous. Il s’est offert le service des chaines de télévision privées Elouiem-TV, Adjoua-TV, El bilad-TV, Ennahar-TV, Al Amal-TV, Numedia-TV, Index-Tv, et d’autres encore en plus des chaines publiques. Il s’est offert aussi des soutiens parmi les candidats. Louisa Hanoune n’a pas cessé durant sa campagne d’accabler Benflis le prétention. Il s’est offert un service de publicité sans comparaison avec ses concurrents. Des affiches de toutes les dimensions partout dans chaque coin et recoin dans toutes les villes et villages et même sur les bords des routes Il a offert à tous ceux qui ont rejoints ces bureaux de campagne des primes importantes. Les autres superviseurs des autres candidats n’ont pas hésité à changer de camp pour toucher leur part du butin. Ainsi, la transparence de l’opération et les PV du dépouillement n’ont pas été contestés. Mais, pour s’offrir tout cela, il fallait encore beaucoup d’argent . C’est ce qui n’a pas manqué. On parle que pour sa campagne électorale le président sortant a pu lever entre 1O milliards et 12 milliards de dinars. Les entrepreneurs, les patrons, les importateurs, tous ont été de la partie. C’est le mariage de l’argent avec la politique. N’espérons pas de cette union qu’ils naissent ceux qui vont régler les problèmes de l’école algérienne, du chômage, du développement industriel, de la justice ou encore de la santé des citoyens. Mais, viendront encore d’autres plus avides dont leur seul souci est d’accumuler et encore accumuler des richesses tant que le sous-sol de notre pays est encore généreux. Et cela ne leur suffira pas, qu’ils voudront détourner, pour leur compte, l’argent du peuple. Ils voudront encore le pouvoir pour mieux et sûrement protéger leurs avoirs et éviter de rendre des comptes. C’est ce que le président élu leur a promis pour les services rendus dans sa campagne. L’argent a triomphé. Mais nous, que nous reste-t-il à faire ?

Mohamed Benbrahim

Source : Blog Raina

Commenter cet article